24 heures, Saison 1, de Stephen Hopkins, Jon Cassar

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" 24 Heures",

( Saison 1 ),       2001,

de : Stephen  Hopkins, Jon  Cassar...,

avec : Kiefer Sutherland, Leslie Hope, Sarah Clarke, Elisha Cuthbert, Dennis Haysbert, Penny Johnson, Carlos Bernard,

Musique : Sean Callery, John Frusciante

 

*******

                                    Saison 2     Saison 3    Saison 4    Saison 5    Saison 6    Saison 7    Saison 8     Saison 9

   

    Minuit. Jour des élections primaires de Californie. Le Sénateur David Palmer (Dennis Haysbert), un Noir, représentant des Démocrates, a de bonnes chances, s'il gagne l'état, de devenir six mois plus tard le premier Président des Etats-Unis qui ne soit pas blanc. Sa femme, Sherry (Penny Johnson) le soutient activement. Mais la cellule antiterroriste de Los Angeles, dirigée par Jack Bauer (Kiefer Sutherland) reçoit une information capitale : un attentat se prépare contre le Sénateur et, comble de malheur, l'un des membres de la cellule est probablement une taupe de l'ennemi. Jack, secondé par Nina Myers (Sarah Clarke), qui a été un temps sa maîtresse, et par Tony Almeida (Carlos Bernard), commencent une enquête d'autant plus difficile que, parallèlement, la fille de Jack, Kim (Elisha Cuthbert) a disparu...

    Quel typhon ! Quand on pense que certains scénaristes sont payés des centaines de millions de dollars pour pondre des niaiseries qui tiennent sur une feuille de papier à cigarette, on ne peut que s'incliner avec une admiration infinie devant cette merveille qui, d'un seul coup, envoie quatre vingt quinze pour cent des films policiers au tapis, avec K.O. intégral ! Certes, la construction de ce drame en temps réel est déjà une idée remarquable, même si d'autres précédents existent, par exemple le "Meurtre en suspens" de John Badham. Mais elle ne saurait bien évidemment suffire. Aucun souci de ce côté ! Je ne sais quel a été le nombre de cerveaux qui se sont penchés sur la conception de cette histoire dédalesque, toujours est-il qu'ils ont donné naissance à un concentré de dynamite émotionnelle, dramatique, absolument stupéfiant d'efficacité.

    Lorsque le spectateur entre dans la première demi-heure de ce volcan, il lui est quasiment impossible de fuir cette course contre la montre aussi imaginative qu'implacablement rythmée. La construction narrative est primaire, puisqu'elle suit une chronologie linéaire liée au déroulement de la journée, mais la maîtrise temporelle des différentes composantes, alliée à une suite de rebondissements dont la vraisemblance, l'originalité et la logique sont quelques unes des nombreuses qualités, transcende cette apparente simplicité. Tous les personnages importants, et ils sont diablement nombreux !, possèdent une consistance réelle. Les tourments qu'ils vivent, les doutes, les terreurs, les compromissions, les jalousies, les peurs, ne sont jamais de simples lignes sur un feuillet dactylographié. Ils les vivent avec une intensité qui nous les rend d'autant plus proches que leurs détresses nous sont livrées avec suffisamment de dépouillement pour que chacun puisse s'y sentir impliqué et suffisamment d'intimité, de puissance, pour nous bouleverser profondément. Sens de l'honneur (ah, si tous les Présidents Américains avaient la droiture de David Palmer...), courage devant l'adversité, mais aussi lâchetés, chantages, coups bas, tout y passe, mais avec quelle maestria ! Du plus petit au plus grand, de Rick à Bauer, en passant par Palmer et sa famille déchirée, Nina, Teri, Kim, Jamey..., pas un ne nous demeure indifférent et c'est là une réussite majeure supplémentaire dans cette série (ou film de 16 heures si l'on préfère) qui demeure pourtant, avant tout, un diabolique montage de suspense hypervitaminé.

    Un seul mot suffit à résumer l'oeuvre : "génialissime"... Mais devrait être formellement déconseillée aux cardiaques !

Film sur IMDB

Bernard Sellier

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.