99 Homes, film de Ramin Bahrani

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" 99  Homes ",      2014,

de : Ramin  Bahrani, 

avec : Andrew Garfield, Michael Shannon, Laura Dern, Noah Lomax, Randy Austin, Doug Griffin,  

Musique : Antony Partos, Matteo Zingales

*******

99 homes

     

    La spéculation immobilière a été particulièrement développée en Floride. Mais lorsque la crise survient, des milliers de familles ne sont plus en mesure de payer leurs prêts hypothécaires, et se voient mises à la rue, leurs maisons confisquées par les banques. Rick Carver (Michael Shannon) est un ancien agent immobilier qui s'est reconverti dans l'expulsion des "mauvais payeurs". Un jour, c'est au tour de Dennis Nash (Andrew Garfield), qui vit avec sa mère Lynn (Laura Dern) et son fils Connor (Noah Lomax), de se voir expulsé...

    Les cinq premières minutes, bouleversantes et glaçantes, donnent toute la dimension du drame vécu par des millions d'Américains, pris en tenaille entre les banquiers véreux, et les pourritures (Michael Shannon est à ce titre grandiose dans l'abjection) qui profitent aussi bien des failles du système que des lois scélérates pour se bâtir une fortune indécente. Mais à côté de ceux qui, précipités dans un abîme sans espoir, choisissent la soumission, la révolte, voire le suicide, le récit se focalise sur un homme qui, pour survivre, va choisir de servir le système, de mettre sa conscience en veilleuse, pour devenir l'exécuteur des basses oeuvres d'un margoulin criminel.

    Servi par deux acteurs intensément ancrés dans leurs personnalités respectives, le drame se développe de manière linéaire, implacable, souvent poignante, parfois nébuleuse pour qui n'est pas versé dans les magouilles financières, jusqu'à un dénouement somme toute prévisible. Mais il décortique avec efficacité aussi bien la rage de surnager quotidiennement que la difficulté extrême de survivre en choisissant une voie contraire à sa conscience, même si les motivations (en l'occurrence le devenir de la famille) paraissent louables. Ou comment le rêve américain revêt des allures de cauchemar standardisé et légalisé...

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.