American gods, Saison 1, série de Michael Fuller, Bryan Green...

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" American gods ",    Saison 1,      2017,

de : Michael Fuller,  Bryan Green..., 

avec : Emily Browning, Ricky Whittle, Pablo Schreiber, Crispin Glover, Bruce Langley, Gillian Anderson, Ian McShane, Peter Stormare,

Musique : Brian Retzell

*******



Saison 2       Saison 3    


A ne pas lire avant d'avoir vu la Saison

  Ombre Moon (Ricky Whittle), condamné à six ans de prison pour escroquerie, est sur le point d'être libéré par anticipation. Mais, le jour de sa sortie, il apprend que sa compagne, Laura (Emily Browning), vient de mourir dans un accident de voiture. Dans l'avion qui le conduit vers le lieu de l'enterrement, il fait la connaissance d'un homme étrange, Voyageur (Ian McShane), qui lui propose un job...

    Le prologue, à base de guerriers style Vikings barbares, n'est pas franchement engageant. Ni pour sa sauvagerie gratuite, ni pour son esthétique voyante et artificielle qui semble néchappée d'un "300" nordique. Une fois revenu dans le monde contemporain, le récit et la réalisation se font plus classiques, même s'ils sont traversés de visions fantasmagoriques souvent très kitsch. Sans parler de personnages plus décalés et déjantés les uns que les autres. Autour du mystérieux 'Voyageur', incarné avec une gourmandise manifeste par le charismatique Ian McShane, gravitent en effet les éléments pervers d'une faune pour le moins bizarroïde. Une Bilquis (Yetide Badaki) qui passe son temps à avaler vaginalement ses amants ou amantes. Un Sweeney le dingue (Pablo Schreiber) qui fume de la peau de crapaud dans sa gigantesque limousine. Ou encore le peu ragoûtant Czernobog (Peter Stormare), qui se régale en écrabouillant les crânes de vaches ou d'humains avec son marteau... Que du 'beau' monde, si l'on peut dire ! Toutes ces excentricités devraient rendre particulièrement pimenté et excitant le plat qu'elles saupoudrent. Malheureusement, l'ensemble est particulièrement verbeux. Les discussions sont parfois intéressantes (réflexion sur la puissance des croyances, sur l'illusion et le pouvoir du mental), mais souvent aussi interminables. D'autant plus que nombre de séquences affichent une longueur démesurée (épisode 3 qui n'en finit pas...). Des êtres surnaturels apparaissent, disparaissent durant une longue période, des 'miracles' s'invitent, des mythologies vaseuses sont évoquées, mais le spectateur éprouve une difficulté majuscule pour discerner la finalité de tous ces événements incongrus. Il est quasiment impossible de trouver dans ce gloubi boulga une orientation quelconque et ce n'est pas le final, inondé par une meute de soi disant dieux ou déesses, sans oublier un certain nombre de Jésus Christ, qui éclaire un tant soit peu cette histoires inondée de fumeuses divagations et peuplée de personnages aussi antipathiques qu'inintéressants.

    Impossible de nier une furieuse originalité dans cette création, ne serait-ce que pour les choix artistiques, avec une invasion d'hyper gros plans. Mais Dieu que c'est opaque, long, foutraque, et surtout terriblement ennuyeux...

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.