Ames soeurs, poème inspiré du film Retour à Cold Mountain

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


Liste des CinéRimes en photos

AMES  SOEURS

Poème  inspiré  du  film : " Retour à Cold Mountain " de  Anthony Minghella

Avertissement : il peut être préférable d'avoir vu le film avant de lire le poème...

retour_cold_mountain_photos1



D
evant mes yeux brouillés par les pleurs et la boue,

Je perçois ton visage aux longs cheveux dorés.

Ton image me hante, à en devenir fou,

Tu es l'espoir lointain de mon cœur déchiré.



retour_cold_mountain_photos2





Ils sont couchés là-bas, mes frères d'agonie,

Noyés dans les ruisseaux de leur sang juvénile,

Libérés pour toujours de ce monde en furie,

Qui balaie de son souffle impur les corps fragiles.

 





retour_cold_mountain_photos3






Pourquoi suis-je sorti vivant de ce carnage ?

Le pouvoir de l'amour serait-il donc si fort ?

Mes mains tremblent de peur, aurai-je le courage,

De quitter la folie des artisans de mort ?

 




retour_cold_mountain_photos6





La nuit recouvre enfin les cadavres épars.

Les clameurs des blessés ont sombré dans l’abîme.

Sur la terre rougie, rôdent les charognards,

Attirés par l’odeur lourde et âcre du crime.






retour_cold_mountain_photos4





Le sort en est jeté, je m’enfuirai demain,

Vers la douce tiédeur de ta bouche enivrante.

Qu’importent les dangers, l’infini du chemin,

Je suis saoul de ton corps, de ta voix caressante.






retour_cold_mountain_photos5





Notre unique baiser habite ma mémoire,

Balaie, tel un géant, mes remords dérisoires.

Je me voudrais poète, orchestrateur de mots,

Aptes à célébrer tes charmes virginaux.





retour_cold_mountain_photos9





Mais je ne suis plus rien qu’un déserteur maudit,

Robot désincarné en quête d’une étoile.

 Elle m’attend là-bas, chante sa mélodie,

Tisse pour mon corps las une apaisante toile.





retour_cold_mountain_photos8





Jours et nuits sont des siècles qui minent ma vie.

Je sens le désespoir consumer mon courage.

Te reverrai-je enfin, chère âme-sœur bénie,

Qui éveilla l’humain dans mon être sauvage ?




retour_cold_mountain_photos7





Tes yeux sont-ils perdus dans l’azur que j’explore,

Appelant de leurs vœux celui qui te vénère ?

Le soldat harassé qui pour toujours adore,

L’harmonie de ton cœur et sa flamme solaire.





25/03/2004           
       

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.