" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Angel of mine ",           2019,

de : Kim  Farrant, 

avec : Noomi Rapace, Luke Evans, Tracy Mann, Richard Roxburgh, Yvonne Strahovski, Annika Whiteley, 

Musique : Gabe Noel

*******


    

    Lizzie (Noomi Rapace) a perdu un bébé dans l'incendie de la maternité voilà sept ans. Elle est dépressive, son mari Mike (Luke Evans) l'a quittée et elle ne voit son fils Thomas (Finn Little) qu'une semaine sur deux. Un jour, elle aperçoit une fillette, Lola (Annika Whiteley), soeur de l'un des copains de son fils. Elle est persuadée qu'il s'agit de sa fille...

   Ce film est le remake de "L'empreinte de l'ange", sorti il y a douze ans avec Catherine Frot dans le rôle de la mère inconsolable. C'est ici l'hypersensible Noomi Rapace qui endosse cette personnalité trouble et c'est peu dire que son incarnation à fleur de peau est comme  toujours, d'une subtilité magnétique. Le scénario suit avec délicatesse et lenteur la dérive de la jeune femme en perpétuelle ébullition intérieure mais capable, dans la majorité des circonstances, de masquer son intense détresse intérieure. Nous retrouvons le cheminement pathologique d'une Peyton dans "La main sur le berceau" ou celle de Hedra dans "J.F. partagerait appartement". Mais ici l'accent est intégralement mis sur la psychologie, sur le développement de la souffrance intime, sans que jamais n'intervienne une quelconque dérive horrifique. Ce qui n'empêche nullement l'installation progressive et subtile d'une angoisse qui s'accroît de manière implacable. Je croyais avoir visionné le film originel de Safy Nebbou, mais en fait je l'avais juste enregistré. J'ignore donc si Kim Farrant a conservé le même dénouement. Toujours est-il que c'est avec une profonde émotion que l'on accompagne le devenir de cette quête insensée jusqu'à la bouleversante révélation finale.

   Cette nouvelle version était-elle vraiment indispensable ? On peut en douter. Mais cet aspect dispensable n'altère en rien la qualité dramatique et la dignité de l'oeuvre.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.