ARQ, film de Tony Elliott

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" A R Q ",            2016,

de : Tony  Elliott, 

avec : Robbie Amell, Rachel Taylor, Shaun Benson, Gray Powell, Adam Butcher, Tantoo Cardinal

Musique : Keegan Jessamy, Bryce Mitchell

*******

arq

    

       La guerre mondiale pour l'énergie est en cours. "Le bloc" est en lutte contre une multinationale extrêmement puissante, Torus. Renton (Robbie Amell), ancien scientifique ayant travaillé pour Torus, vit seul et conserve chez lui un appareil, ARQ, capable de générer une énergie permanente. Ce matin-là, il se retrouve avec son ancienne amie Hannah (Rachel Taylor), agressé à son domicile par trois individus, qui ont pour dessein de lui voler ses coupons. Tout se passe mal pour Renton. Mais le lendemain matin, à la même heure, il se réveille à nouveau aux côtés d'Hannah, et le cirque recommence...

    Croisement évident entre le récent "Edge of tomorrow" et l'ancien jubilatoire "Un jour sans fin", le film se déroule entièrement en huis-clos, et, manifestement, le budget a été très restreint. L'idée de départ, sans être très originale, ne manque pourtant pas d'intérêt. Mais lorsque le spectateur retrouve pour la cinquième fois la même boucle temporelle, heureusement agrémentée de quelques changements événementiels, il se dit tout de même que ça fait beaucoup et que le scénario gagnerait à sortir un tantinet de son ornière. Car, même si les deux héros se montrent convaincants dans leur frénésie, la répétitivité, utilisée comme unique moyen d'expression devient lassante. Sans compter que le dénouement, abrupt, ne résout strictement rien. Au bout d'une heure trente, "tout ça pour ça" laisse un goût d'inachevé agaçant. Le drame aurait eu besoin manifestement de développements moins réduits à leur simple boucle, aussi temporelle soit-elle !

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.