Au revoir, à jamais, film de Renny Harlin

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Au revoir, à jamais ",

( The long Kiss Goodnight ),        1996,

de : Renny  Harlin,

avec : Geena Davis, Samuel L.Jackson, David Morse, Brian Cox, G.D.Spradlin, Patrick Malahide, Melina Kanakaredes, Craig Bierko,

Musique : Alan Silvestri

*******

 

    Dans une petite bourgade américaine, Samantha Caine (Geena Davis) mène la vie tranquille d'une institutrice, en compagnie de sa fille Caitlin (Yvonne Zima) et de son nouveau compagnon, Hal (Tom Amandes). Pourtant un mystère la ronge. Elle a perdu la mémoire huit ans auparavant. Un détective minable, Mitch Henessey (Samuel L.Jackson), engagé par elle, trouve un jour une piste. Les événements se précipitent lorsqu'un prisonnier, l'ayant reconnue à la télévision lors d'un reportage, s'évade et tente de l'assassiner...

    Construit sur un thème proche de ceux qui seront repris dans "Complots" et dans "La Mémoire dans la peau", le film de Renny Harlin est loin d'atteindre la qualité de ses deux futurs challengers. Contrairement à "Cliffhanger", qui concentrait son scénario sur l'action pure et dure, ou même à "58 Minutes pour vivre", qui, malgré l'ironie pince sans rire de John McClane, éternel sauveur de l'humanité, conservait une intensité dramatique indéniable, le réalisateur opte ici pour le ludique et l'improbable. Un tandem hétéroclite (le privé magouilleur qui découvre en lui le Zorro de service, et la blonde athlétique intrépide), qui fonctionne moyennement bien, une trame vue des centaines de fois avec bombe à retardement à la clé, un soupçon de sentimentalisme, du remplissage pauvre, un humour laborieux, et des cascades abracadabrantes... Rien de bien nouveau sous le soleil. L'ensemble se regarde sans déplaisir, mais ne laisse qu'une trace fort vaporeuse dans la mémoire.

Film sur IMDB

Bernard Sellier

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.