Beau séjour, saison 1, film de Nathalie Basteyns, Kaat Beels...

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Beau séjour ",    Saison 1,         2016,

de : Nathalie  Basteyns, Kaat  Beels..., 

avec : Lynn van Royen, Inge Paulussen, Kris Cuppens, Katrin Lohmann, Joke Emmers, Jan Hammenecker,

Musique : Jeroen Swinnen

*******

beau_sejour

  Ne pas lire avant d'avoir vu la série  

  Une petite ville de Flandre. Kato Hoeven (Lynn van Royen) se réveille un jour dans la chambre 108 d'un hôtel en rénovation. Elle est couverte de sang. Le problème est qu'elle constate que son corps gît sans vie dans une baignoire. Elle tente d'alerter sa mère, Kristel Brouwers (Inge Paulussen), mais celle-ci ne semble pas la voir ! Elle connaît un peu plus de succès avec son père, désormais divorcé, Luc Hoeven (Kris Cuppens), qui perçoit sa présence...

    Il se révèle bien sûr très difficile de construire une histoire dans laquelle le protagoniste principal est mort. En 1990, Jerry Zucker avait relevé le défi avec passion et charme dans le mémorable "Ghost". Mais sur une série, même relativement courte, le challenge est encore plus lourd. Les scénaristes ont donc contourné le problème avec intelligence, en rendant la jeune morte visible par certaines personnes. Ce qui, accessoirement, renforce encore le mystère, car on se demande légitimement pourquoi Kato est transparente pour certains et non pour d'autres. Hormis cette particularité essentielle, le récit se présente comme une intrigue criminelle au déroulement classique, dans laquelle Kato se promène dans son corps astral. Cela ne surprendra nullement ceux qui possèdent quelques capacités de médiumnité, mais ne va pas aussi sans quelques incongruités. Comme par exemple lorsque Luc demande à sa fille-fantôme si elle veut manger ! Cela dit, il est facile de comprendre que s'habituer à percevoir son enfant désincarné ne doit pas être une mince opération.

    Hormis ces considérations, force est de reconnaître que la dramaturgie est de première qualité, grâce à une grande richesse et une savante complexité des péripéties qui éclairent peu à peu le mystère, mais surtout grâce à un approfondissement psychologique des personnages qui rend ceux-ci intensément vivants, gorgés de chair, de sang, de souffrances, de détresses multiples. Il n'y a pas un intervenant, même secondaire, qui soit laissé sur le bord de la narration, depuis l'énigmatique grand-mère Renée (Reinhilde Declair), jusqu'au petit Cyril (Guus Bullen), en passant par Ines Anthoni (Joke Emmers) ou encore Bart Blom (Roel Vanderstukken). Tous composent une toile d'araignée profondément authentique, viscéralement vivante. La distribution est au diapason, avec une mention spéciale pour Luc, Marcus, mais aussi Kristel, Alexander (Johan van Assche), et bien sûr, la troublante et enivrante Kato. Un grand merci à la chaîne Arte, souvent dispensatrice de créations plus intellectuelles que charnelles, qui, cette fois, nous offre une pépite d'un réalisme dramatique jamais pris en défaut, et cela, sans recourir ne serait-ce qu'occasionnellement, aux effets spéciaux souvent de mise dans le genre.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier                   

            

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.