Beau séjour, saison 1 ( 6¤ ) ( Nathalie Basteyns, Kaat Beels... )

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Un beau soleil intérieur ",          2017,

de : Claire  Denis, 

avec : Juliette Binoche, Nicolas Duvauchelle, Xavier Beauvois, Josiane Balasko, Bruno Podalydes, Philippe Katerine, Gérard Depardieu, Alex Descas,

Musique : Stuart A. Staples

*******


    

    Isabelle (Juliette Binoche) est une galériste parisienne dont les amours ne tournent pas très rond. Entre son ex mari, François (Laurent Grévill), Vincent (Xavier Beauvois), un banquier bourré de tocs, un jeune acteur (Nicolas Duvauchelle), et quelques autres, son corps et son coeur sont ballottés comme un radeau sur une mer démontée...

   Il y a dix-sept ans, la réalisatrice nous avait donné, avec "Trouble every day" une démonstration d'ennui dans l'observation de pathologies humaines. Avec un titre lumineux comme celui de sa nouvelle oeuvre, il était possible d'espérer une volte-face positive et constructive. Mais, déjà, le simple nom de Christine Angot à la conception du scénario sème le doute. Et celui-ci n'est malheureusement jamais levé au cours de cette errance sentimentale aussi épuisante pour la malheureuse Isabelle que pour le spectateur.

   Ce qui est paradoxal, c'est que, si l'on isole quelques plans fugitifs, dont celui qui illustre l'affiche du film, nous avons effectivement devant les yeux une jeune femme rayonnante, qui semble faire jaillir dans l'espace la lumière de son être intérieur. Mais dès que les rencontres commencent, que les tirades s'enfilent, que les réactions s'enchaînent, tout sombre dans la pathologie d'autant plus gravissime qu'elle semble insoluble. Totalement soumise aux éléments extérieurs et aux êtres qui l'entourent, incapable de fonder son parcours de vie sur une intériorité mature et stable solidement ancrée, en permanente demande et masturbation intellectuelle, assénant tout et son contraire, tournant en rond dans son errance intérieure, Isabelle  recèle certainement un 'beau soleil intérieur', ce qui est le cas de chacun d'entre nous, mais en l'occurrence totalement occulté par une couche de cumulus qui ne semblent pas près de se désagréger.

    Comme nous l'avions noté dans le commentaire sur "Trouble every day", ce n'est pas tant l'atteinte pathologique des protagonistes qui pose problème. Nombre d'oeuvres de styles très divers ( "Faux-semblants", "La vie d'Adèle", "37°2 le matin"... ), nous ont accrochés, interpellés, bouleversés grâce à la plongée dans des déviances ou traumatismes profonds. Ce qui déconcerte ici, irrite, et, au bout du compte, ennuie, c'est l'approche qui est faite de cette personnalité fluctuante, inconsistante, à travers des séquences fondées sur des extrêmes qui ne quittent jamais la superficialité. Telle une girouette ballottée au gré du vent, Isabelle passe sans cesse de la soumission falote à la domination brutale, de l'ouverture aux inconnus à la fermeture morbide, habitant à grand peine des scènes languides qui n'avancent guère ou, la minute d'après, des ruptures explosives. N'ayant jamais lu d'oeuvre de Christine Angot, j'ignore quelle est sa conception de l'amour, mais, au vu de cette histoire, il ne semble pas que ce soit un état d'harmonie ou d'union. Et lorsqu'elle se rend chez Denis, le voyant (Gérard Depardieu), qui déverse un verbiage dans lequel se noierait n'importe quel champion de natation, on a envie de lui crier qu'il serait nettement plus judicieux et constructif d'aller consulter  une escouade de psys. Enfin, quelle étrange idée d'installer au milieu de son discours un générique qui perturbe le peu d'attention restant chez le spectateur.

    Juliette Binoche a bien du mérite de parvenir à habiter ce parcours maladif, mais elle ne peut maintenir constamment à flot cette barque sans gouvernail et à l'émotion préfabriquée, qui nous conduit vers une rive aussi nébuleuse qu'indétectable. Il est rarissime qu'entre l'ouverture et le dénouement d'un film, un protagoniste paraisse ne pas avoir évolué d'un chouia...

Film sur IMDB

   Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.