Beaumarchais, l'insolent, film de Edouard Molinaro

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Beaumarchais, l'insolent "       1996,

de : Edouard  Molinaro, 

avec : Fabrice Luchini, Sandrine Kiberlain, Jean Yanne, Manuel Blanc, Michel Aumont, Jean-François Balmer, Isabelle Carré, Judith Godrèche,  

Musique : Jean-Claude Petit

*******

    Lire le Poème correspondant  ?

*******

    1775. Le règne de Louis XV (Michel Serrault) se termine. Monsieur de Beaumarchais (Fabrice Luchini) tente de faire jouer ses pièces tout en préparant des pamphlets contre la corruption du Parlement et en troussant les demoiselles qui se présentent. Il prend à ses côtés, comme chroniqueur, le jeune Gudin (Manuel Blanc) qui lui est envoyé par Voltaire...

    Quelle distribution ! Edouard Molinaro a réussi à concentrer dans son film tout le gratin du cinéma et du théâtre français. Et pour quel résultat ! Une histoire décousue, composée de minuscules saynètes inconsistantes, mises bout à bout sans aucun sens de la progression, du rythme, de l'intensité comique ou dramatique, et, même sans logique, au point que certains passages semblent arriver comme un cheveu sur de la soupe. On passe  des problèmes théâtraux à un procès, puis à une vague histoire d'amour pour foncer dans une aventure londonienne d'espionnage, bifurquer sur une aide aux Américains, une rencontre éclair avec Benjamin Franklin sortant de son bain... Tout cela emboîté à la "va comme je te pousse", sans l'ombre d'un approfondissement ou même d'une joyeuse folie qui aurait agréablement pallié la superficialité du propos. Fabrice Luchini survole sans passion, avec une désinvolture qui ressemble parfois fort à de l'indifférence, ce personnage bien falot qui tient du pantin opportuniste, et virevolte en tous sens dans des piécettes sans envergure ni intérêt. 

    On en est alors réduit à attendre les apparitions, quelquefois rachitiques, de tous ces merveilleux acteurs qui passent le temps d'un mot ou d'un geste, si rapidement qu'il est parfois difficile de les reconnaître : tiens, Jean-Claude Brialy en religieux ; ah, Dominique Besnehard en Louis XVI zézayant ;  Michel Piccoli en Prince de Conti ; Jacques Weber en Duc de Chaulnes, vif du jarret et de l'épée ; tiens, Claire Nebout en Chevalier d'Eon, une bonne idée ; et puis Martin Lamotte, Guy Marchand, Alain Chabat, José Garcia, Isabelle Carré, Evelyne Bouix, Marc Dudicourt, Murray Head, Patrick Bouchitey... bref, une avalanche artificielle autant qu'inutile de talents, qui ne donne naissance qu'à une oeuvre éclatée, futile, sans grâce ni, ce qui est sans doute le plus grave pour un récit consacré à l'un de nos grands auteurs, sans la moindre poésie. Les dialogues sont ternes, les raccourcis scénaristiques frustrants, les situations médiocrement exploitées, et quelquefois à la limite de l'aberration logique. 

    Les vingt dernières minutes se recentrent quelque peu et apportent une petite compensation théâtrale mais, dans l'ensemble, c'est prétentieux, compassé et, pis que tout, ennuyeux. En un mot, un triste gâchis !

Film sur IMDB

Bernard  SellierBerna

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.