" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" A beautiful day ",  

( You were never really here ),         2017,

de : Lynne  Ramsay, 

avec : Joaquin Phoenix, Judith Roberts, Vinicius Damasceno, John Doman, Alex Manette, Frank Pando, Ekaterina Samsonov,

Musique : Jonny Greenwood

*******


    

    Joe (Joaquin Phoenix) effectue des 'boulots' pour John McCleary (John Doman). Un jour ce dernier le charge de retrouver Nina (Ekaterina Samsonov), fille du Sénateur Albert Votto (Alex Manette), qui a l'habitude de fuguer. Joe retrouve la fillette, mais il reçoit une balle et celle-ci est à nouveau kidnappée...

    Sophistication, esbroufe et violence. Ce sont les trois qualificatifs qui viennent immédiatement à l'esprit lorsque les 80 minutes du film sont terminées. Mais il est facile d'en trouver d'autres : artificialité à tous les étages, absence totale de spontanéité, gratuité, complaisance, outrance...  Quand on voit que le film a reçu le prix du scénario à Cannes, même si l'on n'est plus vraiment surpris des choix souvent atypiques que nous réservent les jurys, on croit quand même rêver ! Tout cela pour une histoire qui tient sur un timbre poste et fonde toute son efficacité sur la personnalité de Joe, quasi mutique et proche de la psychose.

    Dire que Joaquin Phoenix ( qui a reçu le prix d'interprétation ) est époustouflant dans cette incarnation brute de décoffrage, ce n'est qu'évidence. Mais hormis cela, on ne peut qu'être horripilé par les partis pris narratif et visuels de cette création qui veut résolument se démarquer du tout venant coûte que coûte. A savoir avalanche d'hyper gros plans, accumulation de flashback arbitraires, puisque le spectateur ne sait rien de ce personnage quasi autiste, étirement des plans, bruitages à l'esbroufe... Encore faudrait-il pour que ce maniérisme ait la possibilité  de fonctionner un tant soit peu, qu'il y ait un minimum d'authenticité et de sincérité dans ce drame aussi improbable qu'artificiel. Ce qui n'est jamais le cas. Ce sont les fioritures et les astuces de montage qui meublent l'oeuvre. Et pas un personnage, même la fillette, n'attire une quelconque empathie. C'est presque un exploit. On en viendrait presque à regretter la brutalité épidermique sauvage d'un ' Revenge ', ce qui est un comble.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.