La Belle et la Bête, film de Jean Cocteau

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" La Belle et la Bête ",        1946,

de : Jean  Cocteau,

avec : Jean Marais, Josette Day, Michel Auclair, Raoul Marco, Mila Parély, Marcel André, Nane Germon,

Musique : Georges  Auric

*******

Lire le Poème correspondant  ?

*******

Un armateur (Marcel André) a trois filles, Félicie (Mila Parély), Adélaïde (Nane Germon), Belle (Josette Day) et un fils Ludovic (Michel Auclair). Félicie et Adélaïde sont deux pimbèches orgueilleuses qui jouent les grandes dames, tandis que leur soeur, à l'instar de Cendrillon, s'épuise aux travaux du ménage. Leur père est ruiné. Un jour, on annonce le retour inespéré de l'un de ses bateaux. Il accourt au port, mais apprend que les usuriers ont déjà mis le grappin sur ce qui leur était dû et qu'il ne reste rien. Désespéré, il revient chez lui de nuit, se perd dans la forêt et pénètre dans un château mystérieux dont le propriétaire est un hideux monstre mi-homme, mi-animal. Ayant cueilli une rose que lui avait demandée Belle, la Bête le condamne à mort, à moins qu'une de ses filles n'accepte de venir prendre sa place au château. Belle accepte. Chaque soir, la Bête lui demande si elle accepte de l'épouser, et chaque soir, elle refuse...

    Etrange film, devenu culte, qui génère à la fois l'émerveillement et l'agacement. 

    Emerveillement pour ces décors mêlant le rêve et la réalité, la mort et la vie, la laideur et la grâce, la violence et la paix. Il est difficile d'oublier les candélabres supportés par des bras vivants surgis des murs nus, les visages sculptés qui suivent les personnages du regard, ce miroir magique qui donne à celui qui regarde, la vision de son âme. Et puis cette Bête, au maquillage remarquable, symbole de la souffrance de celui qui n'est perçu que par les apparences. Et celles-ci ne sont pas vraiment flatteuses, il faut le reconnaître ! La poésie, l'émotion, surgissent à des moments furtifs. Bien rares...

    Agacement parce que tout cela est quand même bien artificiel, prévisible, et qu'à mon goût, la forme l'emporte beaucoup trop sur le fond. Le risque majeur avec le conte filmé est que le détachement du monde réel quotidien, qui est son principe de base obligatoire, ne s'accompagne d'une trop grande faille dans la résonance de l'univers onirique avec notre ressenti d'humain. C'est, à mon sens, ce qui se passe ici. Même en ce qui concerne les dialogues, on aurait pu s'attendre de la part du poète qu'était Jean Cocteau à une plus grande richesse. Le moins qu'on puisse dire est que le texte ne laisse pas un souvenir impérissable ! Sans compter une musique quasi-permanente et, pour moi, horripilante, mélange de choeurs informes d'outre-tombe et de mélodies vaguement Debussystes, qui submerge les scènes entre la Belle et la Bête tout en noyant le petit peu d'émotion qui s'en dégage.

        Question d'époque, de tempérament, de sensibilité... ? Toujours est-il que cette oeuvre, dont je conçois parfaitement qu'elle puisse être portée aux nues par certains esthètes, n'entre pas vraiment en harmonie avec  mes goûts intérieurs...

Film sur IMDB

   Bernard  Sellier 

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.