Better call Saul, Saison 1, série de Vince Gilligan...

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Better call Saul ",     Saison 1,        2015,

de : Vince  Gilligan..., 

avec : Bob Odenkirk, Jonathan Banks, Rhea Seehorn, Michael McKean, Patrick Fabian, Michael Mando,

Musique : Dave Porter

*******

better_call_saul_saison1


Saison 2    

    Jimmy McGill est un avocat beau parleur, mais sans affaires importantes. Il a un jour l'idée d'utiliser deux jeunes escrocs jumeaux pour monter une arnaque à l'accident simulé. Mais il tombe sur un truand qui ne plaisante guère, et rate de peu un enterrement de première classe. Heureusement, son bagout le tire d'affaire...

    Présent dans plusieurs épisodes du jouissif "Breaking bad", l'avocat manipulateur a donc droit à sa propre série, les événements se plaçant au début de sa carrière, bien avant sa rencontre avec le "chimiste" Walter White. Bob Odenkirk, doté d'une physionomie très expressive, occupe quasiment chaque scène, exception faite d'un épisode 6, par ailleurs poignant, consacré à l'histoire de Mike Ehrmantraut (Jonathan Banks). Mélange d'inconscience assumée, de sensibilité, de rouerie, de machiavélisme primaire, Jimmy est à lui seul un petit régal. Mais les personnalités qui l'entourent ne manquent pas non plus de piquant. Entre un gardien de parking atypique, une paire de confrères plus qu'ambigus et un frère Chuck (Michael McKean) particulièrement frappé, le spectateur n'a pas le temps de s'ennuyer.
  
    Ce qui surprend le plus, c'est que le récit semble erratique, abordant diverses voies et interdisant au spectateur de s'installer confortablement sur une trame directrice solide. Cette absence de directivité franche est à la fois un atout - le spectateur est sans cesse avide de découvrir ce que la suite lui réserve - et un écueil, car il lui est incapable de se raccrocher à un fondement dramatique stable. Au bout du compte, plus qu'une série concentrée sur des affaires judiciaires, nous avons droit à un survol psychologique délicieusement excitant d'une personnalité riche, complexe, mouvante, qui tente désespérément de trouver sa voie de réalisation. Cette quête ne s'effectue pas sans quelques longueurs et tirades diffuses, mais l'ensemble se montre captivant et agréablement déroutant.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.