Blood father, film de Jean-François Richet

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Blood  father ",        2016,

de : Jean-François  Richet, 

avec : Mel Gibson, Diego Luna, Erin Moriarty, Michael Parks, William H. Macy, Miguel Sandoval, 

Musique : Sven Faulconer

*******

blood_father

     

    John Link (Mel Gibson) a passé neuf ans en tôle. Il en est sorti et, après avoir connu l'alcool, il vit présentement dans une caravane au bord du désert en compagnie de quelques paumés comme lui. Il reçoit un jour un coup de fil de sa fille, Lydia Jane (Erin Moriarty), qui vient de tirer sur l'un des caïds de la drogue avec lequel elle vivait. C'est le début d'une cavale tout sauf romantique...

    Le film a été salué comme une résurrection de Mel Gibson. Soit. Nous sommes toujours heureux de voir réapparaître son charisme brut. Mais, en dehors de cela, qu'apporte cette énième version du baroudeur solitaire, paumé, contraint de reprendre du service ? Du "Punisher"   à "Taken" en passant par  "Killer elite", les références ne manquent pas dans le genre. Avec toujours la même sempiternelle trame narrative, arrosée de cascades fulgurantes et d'invraisemblances plus mahousses les unes que les autres. Dans le cas présent, même si le réalisme n'est pas de première fraicheur, le récit a au moins le bon goût de ne pas verser dans une énième version de "Rambo 2". John n'a rien d'un surhomme et, à ce titre, il est bon de saluer également l'absence du happy end habituellement de mise. Cela dit, il est difficile de s'enthousiasmer pour cette aventure convenue, dans laquelle, melheureusement, Lydia n'apporte guère d'atouts probants. Sans doute soumis à une enveloppe budgétaire restreinte, le film minimalise les décors et les personnages, installant ce mini drame intime dans un cadre désertique qui ne manque pas, lui, de charme. Mais le déjà vu mille fois s'installe rapidement et l'ensemble, très impersonnel, n'apporte aucun élément susceptible de retenir quelques souvenirs de cette oeuvre qui partira inéluctablement aux oubliettes, malgré la présence du grand Mel...

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.