" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Bone tomahawk ",         2016,

de : S. Craig  Zahler, 

avec : Kurt Russell, Patrick Wilson, Matthew Fox, Richard Jenkins, David Arquette, Lili Simmons,

Musique : Jeff Herriott, S. Craig  Zahler

*******

bone_tomahawk

    

    Franklin Hunt (Kurt Russell) est le vieux shériff d'une petite ville tranquille, Bright Hope. Lorsqu'un jour une jeune infirmière, Samantha (Lili Simmons) et un adjoint du shériff, Nick (Evan Jonigkeit) sont enlevés par des indiens, Hunt, son associé Chicory (Richard Jenkins) et le mari de Samantha se mettent en route vers le repaire des ravisseurs...

   A qui diable peut bien s'adresser ce genre de production ? La question mérite d'être posée, car la réponse n'est pas du tout évidente. Au premier abord, il s'agit d'un western. Avec ses grands espaces, ses nuits à la belle étoile, ses gibiers de potence qui surgissent périodiquement, ses chevauchées sur fond de ciel étoilé. Mais ce genre d'épopée, le spectateur l'a vu des milliers de fois et celle-ci ne mérite, à aucun point de vue une attention particulière.

    Au deuxième abord, il pourrait s'agir d'un décalque des créations de Quentin Tarentino, ce que n'ont pas manqué de souligner certains critiques. La lenteur assumée des scènes, la logorrhée chronique du vieux Chicory (le seul personnage un tant soit peu intéressant du film, grâce à ses divagations décalées), les éclairs de sauvagerie peuvent effectivement évoquer le style du "maître". Pourtant, même si un agacement certain naît de nombre de ses excès (en particulier dans le récent "8 salopards"), force est de reconnaître que S. Craig Zahler est bien loin d'égaler les débordements verbaux classieux de son supposé modèle.

    Au troisième abord, le spectateur peut voir dans les vingt dernières minutes du film un décalque des "Cannibal Holocaust" ou autres "Green inferno". Mais l'irruption de ces quelques scènes horrifiques, outre qu'elles n'apportent strictement rien à la dramaturgie du film, apparaissent, par leur brièveté, comme un délire gore parfaitement gratuit.

    Alors, que sauver de cette oeuvre longue, parfois ennuyeuse, et d'un intérêt narratif plus que limité ? Peut-être la quête courageuse et opiniâtre d'Arthur (Patrick Wilson), qui, la jambe cassée, poursuit envers et contre tout le sauvetage de celle qu'il aime et des personnages qui ont une certaine épaisseur. Mais plus de deux heures pour une intrigue aussi liliputienne, quelle épreuve, tant pour lui que pour nous !

    Film sur IMDB

Bernard  Sellier                      

                     

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.