Centaure, poème inspiré du film Equus de Sidney Lumet

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


Liste des CinéRimes en photos

CENTAURE

Poème  inspiré  du  film : " Equus " de  Sidney Lumet

Avertissement : il peut être préférable d'avoir vu le film avant de lire le poème...

equus_photos5




Quelle immensité dort au fond de ton regard,

Toi, mon héros, mon Dieu, esclave de l'humain ?

Révolte-toi, bondis, déploie ton étendard,

Et guide mon espoir vers ton ciel souverain.



equus_photos3








Ton corps est volupté, majestueux, athlétique,

Humblement résigné, dompté par le licol.

Ton âme bondissante et fantasmagorique

Se rebelle et se tord dans cette camisole.




equus_photos4








Vois, je suis un ami, ton zélé serviteur,

Je te parle et ressens ta douleur ancestrale,

Près de toi, dans la nuit, docile admirateur,

Je m'incline devant ta beauté magistrale.




equus_photos1








Sur la plage infinie, dans la fureur des vagues,

Sous la lune complice de notre unité,

Je me fonds en ton sein, et mon esprit divague,

Emporté dans l’azur de ta divinité.




equus_photos2








Lis-tu au fond de moi la marque du péché ?

Comment dissimuler le maléfique instant,

Où le diable en la femme est venu entacher,

L’union de nos deux cœurs, chastes et transcendants ?





equus_photos6








Ton œil impitoyable juge et me condamne !

Où camoufler ma honte, où débusquer la paix ?

Il me faut mutiler ce miroir qui me damne,

Effacer le regard qui me sonde et me hait.






15/11/2003            
       

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.