Le cercle des poètes disparus, film de Peter Weir

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Le Cercle des Poètes disparus ",  

( The dead poets society ),    1989,

de : Peter Weir,

avec : Robin Williams, Ethan Hawke, Robert Sean Leonard, Lara Flynn Boyle,

Musique : Maurice Jarre

*******


Lire le Poème correspondant  ?

*******

    Rentrée 1959. John Keating (Robin Williams) vient d'être nommé professeur de lettres dans la prestigieuse école Welton, dont il a été l'élève jadis. Il va tenter de communiquer à ses élèves le goût de la vie et celui de l'anti-conformisme.

    Un étrange bonheur se dégage de cette oeuvre, malgré les drames plus ou moins importants qui la jalonnent. Le bonheur de la découverte de la beauté,  de la voie authentique, de la liberté intérieure. L'émerveillement devant les plaisirs simples s'ils sont vécus dans l'"ici et maintenant".

    Comment oublier la composition inspirée de Robin Williams, bien éloigné de ses créations burlesques (et fort plaisantes !) de "Hook" ou de "Mrs Doubtfire". Admirez son visage et son regard dans la scène où il permet au jeune et timide Todd Anderson (Ethan Hawke) d'exprimer sa poésie intérieure. Il y brille une lueur d'au-delà. Il en est de même pour le jeune Neil Perry (admirablement habité par Robert Sean Leonard). Dans le drame qui le frappe, on prend conscience que le crime le plus abominable qui puisse être commis n'est pas forcément celui qui voit la mort du corps physique. C'est probablement (même s'il est ridicule, j'en conviens, d'établir de prétendus degrés !) le fait de détruire la joie intérieure d'un être.

    Un point intéressant à étudier est aussi celui de l'enseignement de John Keating. Je me souviens (mal, hélas !) d'une passionnante approche qui nous avait été faite au cours d'un stage par un médecin, grand "amateur" de Yi-King (le "Livre des transformations" chinois). Il n'est bien sûr pas question, ici, d'entrer dans le détail de cette explication.

    Le Yi-King est fondé sur l'étude de 64 hexagrammes composés de six "traits", pouvant être "yin" ou "yang". Un tirage est effectué, dans certaines conditions, soit avec des tiges d'achillée, soit avec trois pièces de monnaie. Suivant le résultat des tirages, on obtient une figure composée de 6 traits, soit continus (yang), soit discontinus (yin). Par exemple, les 2 premiers hexagrammes sont :

                  6  _______                                                  __   __ 

                  5  _______                                                  __   __       

                  4  _______            1. Le Ciel                    __   __            2. La Terre

                  3  _______                                                  __   __

                  2  _______                                                  __   __

                  1  _______                                                  __   __

 

    Suivant l'harmonie entre le trait tiré et sa position dans l'hexagramme (ce qui est yang est impair et devrait donc se situer à une place impaire) et diverses autres considérations qui n'ont pas leur place ici, on parle de "justice" et de "droiture" dans l'étude de l'hexagramme. Ce qui est fort intéressant dans le cas de cette histoire, c'est que l'attitude de John Keating vis à vis de ses élèves, qui semble uniquement bonne  (encourager chacun à découvrir sa voie et à penser par lui-même), l'était seulement dans l'un de ses aspects, tandis qu'elle était négative dans un autre. Elle possédait la "justice" mais pas la "droiture" ! Développer l'autonomie de chacun est bien, à condition que le moment et le sujet soient prêts à cela.

    Manifestement, pour le malheureux Neil Perry, les circonstances n'étaient pas adéquates...

    Une oeuvre inoubliable, dont le final ouvre le coeur et élève l'âme...

Film sur IMDB

Bernard  Sellier 

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.