" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" La Colline a des yeux ",  

( The Hills have eyes ),        2006,

de : Alexandre  Aja, 

avec : Emilie de Ravin, Aaron Stanford, Kathleen Quinlan, Dan Byrd, Billy Drago, Tom Bower, Vinessa Shaw, Ted Levine,

Musique : Tomandandy

******* 

    

    Big Bob Carter (Ted Levine), ancien policier à la retraite, traverse, avec sa femme Ethel (Kathleen Quinlan), ses enfants et son gendre Doug (Aaron Stanford), un désert proche de la Californie. Sur les conseils d'un vieux pompiste, Papa Jupiter (Billy Drago), ils empruntent ce qu'ils croient être un raccourci. En fait, ils tombent dans le piège que leur tend une bande de dégénérés, aussi atteints physiquement que cérabralement par des retombées radioactives...

    Trente ans après le célébre film de Wes Craven, c'est un Français qui remet le couvert, si l'on peut dire. Etait-ce vraiment utile ? A chacun de se faire une opinion. Quoi de neuf sous le chaud soleil du Névada ? Sur le plan scénaristique, pas grand chose. D'ailleurs, à part de rarissimes exceptions, le spectateur a toujours droit, dans les créations de ce genre, à la même tambouille, quel que soit le réalisateur aux commandes. La recette ne varie pas d'un chouia ("Détour mortel", "Wolf Creek"...), et la différence se mesure uniquement sur le sadisme plus ou moins intense, l'horreur plus ou moins visuelle, l'approche plus ou moins glauque du phénomène. 

    Dans le cas présent, Alexandre Aja a manifestement choisi une voie différente de celle adoptée par Greg McLean dans "Wolf Creek". Aucun penchant pour un récit à la sécheresse presque documentaire, mais au contraire une immersion assumée dans le monstrueux extrême et le hideux tant visuel qu'événementiel. Les adeptes du genre apprécieront certainement. Ceux qui aiment frémir sans forcément baigner dans la laideur et l'abjection gratuites seront plus réticents. Cela dit, le talent du réalisateur est indéniable. Il utilise avec habileté un décor à la fois monotone et varié dans ses formes, et ne lésine pas sur le scabreux. Quant aux maquilleurs, ils n'ont pas dû chômer !

Film sur IMDB

Bernard  Sellier

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.