La cuisine au beurre, film de Gilles Grangier

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" La cuisine au beurre ",         1963,

de : Gilles  Grangier,

avec :  Bourvil, Fernandel, Michel Galabru, Claire Maurier, Andrex, Mag-Avril, Anne-Marie Carrière, Henri Vilbert,

Musique : Jean Marion

*******


  

     Plus de dix ans après la fin de la seconde guerre mondiale, Fernand Jouvin (Fernandel) revient dans son village de Martigues. Il retrouve sa femme, Christiane (Claire Maurier) et le restaurant qu'il tenait jadis, spécialisé dans la bouillabaisse. Mais ce dernier est devenu 'La sole normande' sous la direction du chef André Colombey (Bourvil) et Christiane est devenue la femme du nouveau chef...

    Grand classique de la rencontre entre deux acteurs mythiques, qui étaient alors en pleine gloire et que l'on a toujours autant de plaisir à retrouver. Est-ce un effet du recul temporel important, d'une accumulation filmique longuement digérée par le mental, ou bien d'une nostalgie fabriquée de toutes pièces par l'âge, toujours est-il qu'il est difficile de se défaire de l'impression tenace qu'il n'existe plus aujourd'hui de figures cinématographiques possédant une telle aura charismatique. Notre Jean-Paul Belmondo national demeure sans doute l'un des derniers vestiges d'une époque où les 'monstres sacrés' façon Michel Simon, Louis Jouvet, tenaient le haut des affiches.

    Cela dit, le film en lui-même se révèle très classique, passablement formaté, avec son lot de scènes attendues dont certaines ( la partie de pétanque ) semblent tout droit sorties d'une histoire pagnolesque. Les tempéraments opposés des deux maris sont croqués à gros traits ( le fainéant rigolo vs. le travailleur renfrogné ), les péripéties s'alignent tranquillement sous le soleil de Provence, et le charme de l'ensemble naît à quatre-vingt dix pour cent de l'affrontement entre les deux acteurs.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.