La Dame de Monsoreau, film de Yannick Andrei

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" La Dame de Monsoreau ",     1971,

de : Yannick  Andrei,

avec : Michel Creton, Karin Petersen, Nicolas Silberg, Denis Manuel, François Maistre,

Musique : Bernard  Fossard

*******

  Lire le Poème correspondant  ?

*******

    Le règne du roi Henri III (Denis Manuel). Le malheureux "Henriquet", comme le surnomme insolemment son "fou", Chicot (Michel Creton), est affligé. L'un de ses mignons préférés, Monsieur de Saint-Luc (Jean-Louis Broust) vient de se marier. Son frère, le duc d'Anjou (Gérard Berner) complote pour s'accaparer la couronne. Le duc de Guise cherche à reformer la Ligue et à édifier une seconde Saint-Barthélémy. Le roi de Navarre vient mettre son grain de sel dans tout ce foutoir ! Pendant ce temps, Louis de Clermont, comte de Bussy (Nicolas Silberg), gentilhomme au service du duc d'Anjou, devient follement amoureux de la belle Diane de Méridor (Karin Petersen), épouse accablée du roué Brian de Monsoreau (François Maistre), grand veneur du royaume, et convoitée par François d'Anjou...

    Alexandre Dumas a composé nombre de chefs-d'oeuvre.  Si l'on place à part "Le comte de Monte Cristo" qui est, pour moi, l'apothéose de son auteur et du roman en général par sa perfection narrative, scénaristique et par son élévation quasi mystique, quatre ou cinq ouvrages se partagent le second rang. Il y a "Vingt ans après", "Le vicomte de Bragelonne" et surtout cette "Dame de Monsoreau".

    Les quelque 900 pages s'équilibrent d'une manière harmonieuse et fluide entre l'aspect passionnel (l'idylle entre Bussy, personnage de grande allure à la noblesse de coeur innée et la douce Diane est, à mon sens, beaucoup plus envoûtante que celle de d'Artagnan et de Madame Bonacieux), l'aspect historique (les complots de Guise et Anjou découverts par Chicot sont un grand moment) , l'aspect humoristique (le personnage de Chicot, railleur, poète, aristocrate, est l'un des plus réussis qui soient, bien supérieur au Planchet des "Trois mousquetaires").

    Ces différents ingrédients se marient avec une aisance stupéfiante et, sous le verbe si vivant de Dumas, donnent naissance à un mets des plus délicieux !

    Les transpositions cinématographiques des ouvrages de Dumas posent assurément de multiples difficultés, la principale résidant dans la longueur des aventures. Il est possible, comme c'était le cas, autant que je me souvienne, dans l'une des adaptations du "Comte de Monte Cristo", de supprimer carrément Danglars, pourtant personnage majeur après Edmond Dantès ! Cela reviendrait à évacuer la Cosette des "Misérables" ou le Quasimodo de "Notre Dame de Paris"... Passons !

    S'il est objectivement difficile de faire entrer les péripéties du "Comte de Monte Cristo" dont toutes sont imbriquées sans qu'aucune soit superflue, ou même celles de "La dame de Monsoreau" dans un film de durée convenable, ce n'est plus le cas dans une mini-série télévisée qui peut aisément atteindre, comme c'est le cas ici, cinq heures.

    J'avais visionné cette version à l'époque de sa sortie et n'avais conservé qu'un souvenir : celui du personnage de Chicot, joué par Michel Creton.

    Quelles impressions aujourd'hui ?

    Tout d'abord un dilemme : choisir entre les deux voies d'une alternative. Régler l'affaire en deux mots, ou étudier point par point les aspects multiples de cette adaptation.

    Dans le premier cas, ce serait : très décevant !

    Dans le second cas, beaucoup de commentaires se présentent. L'impression globale tout d'abord : c'est ennuyeux ! Et ce qualificatif est le pire que l'on puisse appliquer à la transposition visuelle d'une oeuvre qui vibre à chaque page de folie, d'amour, d'ironie, de poésie, de duels, de chevauchées, d'aventures, de bons mots...

    Dumas est tout, sauf ennuyeux ! Son génie réside dans un art inimitable de donner la vie au moindre geste, à la moindre impulsion, à la plus minime intrigue. Dans ce style inimitable que l'on reconnaît dès la première page, presque dès la lecture du titre des chapitres ! 

    Sur l'écran, tout est statique, compassé. Les rares duels (à l'exception du combat final relativement réussi) ne sont même pas dignes d'une représentation théâtrale d'amateurs. Lors des scènes d'extérieurs, on a l'impression de voir toujours repasser devant le champ de la caméra les six ou sept figurants que la production a pu engager ! Nombre de scènes s'étirent en longueur et perdent toute vie.

    Dans la caractérisation des personnages, quelques éléments positifs surnagent. Denis Manuel est un Henri III judicieusement choisi et parfaitement en situation. Il en est de même pour l'Anjou de Gérard Berner et le Monsoreau de François Maistre. Michel Creton livre un Chicot sympathique, gouailleur et divertissant, dont la crédibilité m'apparaît tout de même limite.

    Nicolas Silberg a  noblesse et prestance qui s'adaptent parfaitement à l'incarnation du noble Bussy, comme elles le feraient tout aussi bien à celle d'Edmond Dantès. Mais que de rigidité dans le jeu ! Il semble plus proche d'une statue de cire que d'un amoureux passionné et fougueux ! Il faut ajouter qu'il n'est guère aidé, comme ses partenaires, par une réalisation d'un académisme pesant qui plombe le récit. Quelle tristesse que la France, patrie des mousquetaires, n'ait jamais, à ma connaissance, réussi à livrer une oeuvre dont l'énergie soit à l'unisson de celle des valeureux émules de d'Artagnan ! Pour dénicher cette verve et cette folie, il faut se tourner vers l'incarnation de Gene Kelly dans le film de George Sydney, ou le Scaramouche de Stewart Granger...

    En conclusion, beaucoup de pellicule, des dialogues pauvres (excepté dans les rarissimes occasions où le texte de Dumas est repris), une absence de rythme chronique, une mise en scène datée et, conséquence obligée, beaucoup d'ennui...

    Mais reconnaissons au moins une qualité positive : celle d'avoir respecté la trame romanesque (si l'on exceptez un finale abrupt et passablement détourné) et la psychologie des personnages. Ce qui n'est pas le cas, par exemple,du "Monte Cristo" de Josée Dayan qui, dès les premières minutes, installe déjà, avec une affligeante gratuité, un contre-sens majeur !

Film sur IMDB

   Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.