Die hard 5 : belle journée pour mourir, film de John Moore

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Die hard 5 : belle journée pour mourir ",  

( A good day to die hard ),       2013,

de : John  Moore, 

avec : Bruce Willis, Jai Courtney, Sebastian Koch, Yuliya Snigir, Cole Hauser, Radivoje Bukvic,

Musique : Marco Beltrami

*******


    

  John McLane (Bruce Willis) apprend un jour que son fils Jack (Jai Courtney), avec lequel il est fâché depuis plusieurs années, est emprisonné en URSS et va être jugé. John arrive à Moscou juste au moment où le tribunal est victime d'une attaque...

    Les années n'ont aucune prise sur John, toujours aussi décontracté et distillateur de petites réparties acides ou légères. Etait-il vraiment indispensable qu'il reprenne du service six ans après un "Retour en enfer" ? Pas certain. Ce qui frappe d'emblée, mais ne surprend guère de la part du fruste John Moore, c'est un déferlement quasi ininterrompu de fusillades, de cascades improbables, et de poursuites infernales. A ce titre, la course de folie dans les rues de Moscou laisse pantois, tant par sa durée ( on finit par se demander si elle va occuper tout le film ! ), que par le nombre impressionnant de véhicules défoncés, catapultés dans les airs, écrabouillés... Bref, c'est du lourd qui ne laisse aucun instant de répit. Hormis pour quelques échanges, d'abord vénéneux, puis, famille oblige, nettement plus tendres entre père et fils. Le scénario ne laisse pas un souvenir impérissable, seulement remarquable par quelques rebondissements dus à des personnalités pour le moins troubles et ambiguës.

    Rien de nouveau sous le soleil ( absent ). Pire, Bruce Willis semble recycler comme un automate ses saillies humoristiques de jadis. C'est moins un film qu'une démonstration assourdissante de pyrotechnie.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier                   

            

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.