Double Messieurs, poème inspiré du film Grosse Fatigue de Michel Blanc

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


Liste des CinéRimes en photos

DOUBLE  MESSIEURS

Poème  inspiré  du  film : " Grosse fatigue " de  Michel Blanc

Avertissement : il peut être préférable d'avoir vu le film avant de lire le poème...

grosse_fatigue_photos3




D
ans la galaxie des comiques,

Mon étoile brille au zénith,

Ma gueule n'est pas sympathique,

Je m'en fous, c'est la réussite.


grosse_fatigue_photos6







D'accord, je joue souvent les glands,

Les hystériques, les paumés,

Ce n'est pas trop valorisant,

Qu'importe, je me fais du blé !




grosse_fatigue_photos1







Tout baignait jusqu'à ce matin,

Où l'univers a basculé.

Je suis plongé dans le pétrin.

Il paraît que j'aurais violé,




grosse_fatigue_photos5







Une consœur pas vraiment fraîche.

Je ne suis pas assez débile,

Ou suffisamment dans la dèche,

Pour me farcir un gros fossile,





grosse_fatigue_photos2







Alors que les plateaux regorgent,

D’un flot de vamps très dénudées,

Qui ondulent sans soutien gorge,

Et ne sont pas entrelardées.





grosse_fatigue_photos4







J’en suis bien sûr, tout comme moi,

Vous cherchez la clé du mystère,

De tout ce merdier le pourquoi,

Et le comment de mon enfer.





grosse_fatigue_photos8







Donc, pour vous narrer simplement,

Ce que nous avons découvert,

Sachez qu’un fieffé garnement,

Qui me ressemble comme un frère,





grosse_fatigue_photos7







Monte de subtiles arnaques,

En se faisant passer pour moi,

Et me démolit la baraque,

Avec ses coups fourrés sournois.





grosse_fatigue_photos9







Après une poursuite folle,

Mon sosie fut enfin coincé.

Ce n’était pas mon jour de bol,

Car j’eus l’idée de négocier…





grosse_fatigue_photos11







Funeste idée qui me vint là :

Lui confier d’occuper ma vie,

Tandis que je rêvais, béat,

Sur une plage en Tunisie.




grosse_fatigue_photos12







Sans vergogne, il s’est emparé,

De mes biens et appartements,

M’a précipitamment viré,

Comme un malpropre, un chenapan !




grosse_fatigue_photos10







Aujourd’hui, je squatte les bancs,

Avec mon vieux copain Noiret.
Tristes losers déshonorés,

Nous pleurons tous deux le bon temps,

De notre Eden évaporé.






03/09/2003            
       

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.