" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Dracula ",      1992,

de : Francis Ford  Coppola, 

avec : Gary Oldman, Winona Ryder, Anthony Hopkins, Keanu Reeves, Cary Elwes, Richard E. Grant,

Musique : Wojciech  Kilar

*******

    

Lire le Poème correspondant  ?

*******

   1462. Les Turcs menacent la Chrétienté. Le Comte Dracula (Gary Oldman), fiancé à la belle Elisabeta (Winona Ryder) part les combattre. Il est victorieux, mais un faux message envoyé au château par les ennemis fait croire à la jeune fille que son bien aimé est mort. Elle se jette alors dans la rivière. Fou de douleur, Dracula renie Dieu et devient un mort-vivant, assoiffé de sang. 435 ans plus tard, Jonathan Harker (Keanu Reeves), fiancé à la douce Mina Murray (Winona Ryder) est chargé par sa société de se rendre en Transsylvanie, chez un mystérieux comte qui souhaite acquérir divers bâtiments dans Londres...

    Le monde des vampires a toujours été une mine inépuisable pour le cinéma. Depuis le "Dracula" de Tod Browning, en 1931, avec Bela Lugosi, on ne compte plus les variations sur ce thème, qui, je ne sais pour quelle raison, m'a toujours paru d'une cocasserie sans grand intérêt. Néanmoins, cette version signée Coppola mérite le détour. Le fond demeure certes toujours le même, usé jusqu'à la corde, mais le génie du réalisateur, son sens du montage, sa conception des tableaux oniriques, ainsi qu'une distribution brillante, transforment cette histoire d'amour fou en un délire baroque et grandiose.

    La première partie n'est pas sans procurer quelques inquiétudes. Coppola force le trait, convoque toute la panoplie des effets fantastiques , ombres, sang, animaux, cris, éclairs, spectres, décors fantomatiques, lugubres, joue avec les juxtapositions d'images... Tout cet embrouillamini  s'accorde harmonieusement (si l'on peut employer ce terme !) avec la folie ambiante et le don d'ubiquité du Comte... Mais une telle débauche de clinquant et de tape à l'œil, à laquelle s'ajoute un Gary Oldman à la limite du ridicule, auraient alors une fâcheuse tendance à tuer la sensibilité de l'œuvre. La tragédie des deux amants, qui s'étire douloureusement à travers les siècles, tient autant de la souffrance intérieure que du "grand-guignol" sanguinolent extérieur, et ce dernier occupe beaucoup (trop ?) de place.

    La seconde moitié réserve quelques beaux moments de poésie, notamment dans les confrontations entre Mina et le Comte. De plus, l'intervention du "chasseur" de vampires, Van Helsing (Anthony Hopkins) apporte une note d'excentricité terrestre bienvenue. 

    Globalement, j'avoue que cette seconde vision (une dizaine d'années après avoir vu le film pour la première fois) m'a quelque peu déçu. J'avais conservé le souvenir (combien la mémoire est apte à retenir ce qui lui convient !) d'un romantisme beaucoup plus profond et d'une prépondérance de l'aspect amoureux sur l'aspect "vampirique", qui n'est pas vraiment ma tasse de thé ! J'ai présentement le sentiment inverse. Cela dit, pour les amateurs inconditionnels de ce type d'histoire de canines sanglantes, l'œuvre de Coppola demeure une réussite esthétique et technique  incontestable. Et, qui plus est, comment oublier la musique sublime composée par Wojciech Kilar, qui mérite, à elle seule, l'écoute isolée de la Bande Originale !

Film sur IMDB

Bernard  Sellier                            

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.