" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Duplicity ",          2009,

de : Tony  Gilroy,

avec : Clive Owen, JUlia Roberts, Tom Wilkinson, Paul Giamatti, Dan Daily, Oleg Stefan,

Musique : James Newton Howard

 

*******


    

    2003 Dubaï. Ray Koval (Clive Owen) fait la connaissance d'une charmante jeune femme, Claire Stenwick (Julia Roberts), qui se révèle une habile espionne manipulatrice. Quelques années plus tard, nouvelle rencontre entre les deux tourtereaux qui décident d'unir leurs compétences pour soutirer quelques millions de dollars à des multinationales. Ils démissionnent de leurs postes à la CIA et au MI6 pour se consacrer à leur but...

   Les films d'arnaques en tous genres ménagent généralement de jouissantes bouffées de suspense. On garde en mémoire le captivant "Arnaque" illuminé par Paul Newman et Robert Redford. Ici, le démarrage est certes amorcé de manière moderne et clinquante, avec écrans multiples qui glissent et s'entremêlent, mais une fâcheuse nébulosité n'aide guère le spectateur à entrer dans l'histoire.

    Et les choses ne s'arrangent guère par la suite, c'est le moins qu'on puisse dire. Le scénario, tortueux à souhait, oscille entre temps présent et flashback divers étalés sur une demi-douzaine d'années. Les deux protagonistes jouent en permanence à vérifier le niveau de confiance (très relatif) qu'ils s'accordent, tout en construisant leur machiavélique arnaque. Le problème se situe à deux niveaux. Tout d'abord dans la construction à multiples tiroirs des manipulations entre sociétés, PDG, sous-traitants, tellement emberlificotée que l'on finit par ne plus rien comprendre à l'intrigue. Ensuite parce que même la relation entre Clive Owen et Julia Roberts ne se révèle guère enthousiasmante. On ne peut qu'apprécier un dénouement inattendu, mais toute cette construction sonne tellement artificielle du début à la fin, que le plaisir, à peine amorcé, se voit éteint rapidement.

   Film sur IMDB

Bernard  Sellier 

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.