Une enfance, film de Philippe Claudel

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Une  enfance ",       2015,

de : Philippe  Claudel,

avec : Pierre Deladonchamps, Alexi Mathieu, Angelica Sarre, Jules Gauzelin, Catherine Matisse, Lola Dubois, Patrick d'Assumçao,

Musique : ---

******* 

enfance

    

    Pris (Angelica Sarre), mère célibataire de deux enfants, Jimmy (Alexi Mathieu) et Kevin (Jules Gauzelin), vit avec un marginal, Duke (Pierre Deladonchamps), qui passe son temps à picoler et à la tabasser. Les deux gamins tentent de survivre tant bien que mal dans une atmosphère étouffante et mortifère...

    Le moins qu'on puisse dire est que le réalisateur scénariste ne fait pas dans la demi mesure ! Dès les premières images, le scénario pose ses bases plombées avec une véritable caricature du beauf raz de plafond, dépourvu du moindre neurone, totalement déjanté, en la personne de Duke. C'est donc à une chronique foncièrement et délibérément misérabiliste que nous assistons. Pris, radicalement écrasée par la violence de son conjoint, incapable de manifester son individualité, n'est guère plus scintillante, malgré quelques bouffées ponctuelles de tendresse envers ses rejetons. L'ennnui est que la chronique capitalise sur ses gros sabots de départ et se contente de dérouler ses scènes plus ou moins attendues, ponctuées de banalités et d'éructations volontairement vulgaires, sans évolution réelle, sans progression dramatique ni innovation narrative. Quant aux chansons anglaises qui parsèment le récit, elles arrivent comme des cheveux incongrus sur une soupe très épaisse. Mais il y a tout de même une source de satisfaction dans cette enfance plus que sombre, à savoir les deux gamins qui se révèlent exceptionnels de naturel. Pierre Deladonchamps, méconnaissable, très éloigné ici de son rôle introverti dans la série "Trepalium", se contente de composer une brute épaisse avec tout ce que cela sous-entend de facilités gueulardes. Il est regrettable que l'histoire ait chaussé des sabots aussi lourdauds, car la personnalité de Jimmy, empreinte de sensibilité, méritait un écrin plus subtil.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.