Enfants de Zeus, poème inspiré du film Le Guépard de Luchino Visconti

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


Liste des CinéRimes en photos

ENFANTS  DE  ZEUS

Poème  inspiré  du  film : " Le Guépard " de  Luchino Visconti

Avertissement : il peut être préférable d'avoir vu le film avant de lire le poème...

guepard_photos6



D
e l'Olympe, infime parcelle,

Précipitée dans l'Océan,

Depuis trois mille ans tu chancelles,

Sous les pas de fiers conquérants.



guepard_photos7





Dans l'aveuglement des victoires,

Fleuves de laves et de sang,

Se mêlent pour signer la gloire,

De ces illusoires géants.




guepard_photos13





Ils asservissent les rochers,

Lancent au ciel leurs cris stridents,

Font de notre île une bouchée,

Qu'ils dévorent imprudemment.




guepard_photos15





Enfants de Dieu, jetés sur terre,

Dans la poussière et dans la crasse,

Nous bâtissons les cimetières,

Où s’endorment ces cœurs pugnaces.




guepard_photos10





Ces ignorants conquistadors,

Dans leurs délires impudents,

Croient dominer l’hydre qui dort,

Sous le feu des rayons ardents.





guepard_photos5





Dans le cœur de l’Aristocrate,

Dont le nom brille au firmament,

Comme chez le dernier primate,

Sicilien de corps et de sang,






guepard_photos9





Gît cette étrange faculté,

Fortifiée par chaque oppression,

De plier sous l’adversité,

Simuler l’annihilation,






guepard_photos12





Puis, tel un Phénix immortel,

Renaître de l’effondrement,

Et dans un élan passionnel,

Incorporer l’ogre imprudent !




guepard_photos1





Aujourd’hui, c’est la grande sœur,

L’Italie, fièrement bottée,

Qui joue les frères protecteurs,

Nous impose son Roitelet,




guepard_photos2





Tandis que les Grands, les Puissants,

Piliers de l’Art et de l’Histoire,

Prennent le chemin du couchant,

Où s’éteint leur ancienne gloire,




guepard_photos8





Les fiers arrivistes bourgeois,

Comptent leur or ou leurs arpents,

Et louchent d’un œil qui larmoie,

Vers le sang bleu de nos enfants.




guepard_photos3





Le vieux Guépard est fatigué,

De traîner la fière opulence,

Qui fait les épaules voûtées,

Et voit pâlir sa rutilance.





guepard_photos11





Tandis que les jeunes oublient,

Dans la frénésie des quadrilles,

La guerre et ses ignominies,

Les grenades qu’on dégoupille,





guepard_photos14





Dans le petit matin blafard,

A deux cents mètres du Couvent,

On fusille les maquisards,

Aux chemises couleur de sang…






30/05/2004           
       

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.