Les enquêtes du département V : Délivrance, film de Hans Petter Moland

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Les enquêtes du département V : Délivrance " 

( Flaskepost fra P ),       2016,

de : Hans Petter  Moland,

avec :  Nikolaj Lie Kaas, Amanda Collin, Fares Fares, Jakob Oftebro, Morten Kirkskov, Soren Pilmark, Lotte Andersen,

Musique : Nicklas Schmidt

*******

delivrance_enquetes_departementv

    

    Carl Morck (Nikolaj Lie Kaas), enquêteur à la criminelle, est toujours aussi déprimé. Lorsqu'un militaire trouve un message vraisemblablement écrit par un enfant dans une bouteille jetée à la mer, il prend l'enquête en compagnie de son collègue Assad (Fares Fares). Celle-ci les conduit au Jutland, dans une communauté sectaire, les Disciples de Dieu...

    Fidèle à l'atmosphère sombrissime et presque mutique des deux premières réalisations, "Profanation" et "Miséricorde", cette troisième histoire reprend le même type de dramaturgie, très axée sur  une foi aveugle qui transforme les personnages en zombies  totalement  emmurés dans un système de croyance totalitaire et insensé.  L'ennui, c'est que  la déprime  radicalement agnostique de Carl commence à sentir la recette standardisée, tant son refus de toute évolution l'enferme dans une stylisation empesée. Faute de pouvoir ressentir une quelconque empathie pour cette personnalité marmoréenne, le spectateur doit donc se contenter de suivre une intrigue particulièrement noire, très émouvante, habitée par un suppôt de Satan lui aussi emprisonné dans une gangue de folie meurtrière. Autant dire que le ciel aussi bien que les événements n'ont rien de rose ou de clément. Si l'on fait abstraction des quelques rarissimes pointes d'humour envoyées par Assad, cette tragédie pourrait sans peine postuler au pinacle des oeuvres les plus ténébreuses. Il serait tout de même souhaitable que les suites, qui, vraisemblablement, verront le jour, incorporent un minimum de cheminement intérieur dans un personnage taillé jusqu'alors dans un bloc de glace délibérément figé.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.