" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Les enquêtes du département V : Miséricorde " 

( Kvinden i buret ),       2013,

de : Mikkel  Norgaard,

avec :  Nikolaj Lie Kaas, Soren Pilmark, Fares Fares, Sonja Richter, Troels Lyby, Mikkel Boe Folsgaard,

Musique : Patrik Andrén, Uno Helmersson, Johan Söderqvist

*******

misericorde

    

    Carl Morck (Nikolaj Lie Kaas), enquêteur à la criminelle, est placardisé dans un service des affaires à classer, suite à une opération de police qui a mal tourné, l'un de ses coéquipiers étant décédé, et le second restant paralysé à vie. On lui adjoint un aide, Assad (Fares Fares). Déprimé, Carl est néanmoins intrigué par la disparition d'une jeune femme, Merete Lyngaard (Sonja Richter), cinq ans plus tôt. L'affaire avait été classée en suicide...

    Il n'y a pas de doute, dès les premières minutes de film le spectateur sait qu'il est transporté dans la froidure nordique. L'atmosphère est gris sale, les mines sont renfrognées, les paysages sont tristes. Quant au personnage principal, il touche le fond. Sa femme l'a quitté, son collègue tétraplégique ne songe qu'à en finir avec la vie, et il se retrouve dans une cave, au milieu d'une montagne de dossiers qu'il ne doit surtout pas rouvrir ! Pas étonnant qu'il faille attendre le dernier plan, 93 minutes plus tard, pour voir se dessiner sur son visage l'esquisse de l'ébauche d'un sourire. Cela dit, une fois ces caractéristiques très typées acceptées, il est impossible de ne pas se passionner pour cette enquête, certes classique, mais profondément traumatisante. L'économie de moyens est crânement assumée et se voit largement compensée par une sobriété dramatique aussi glaçante qu'efficace. L'extrême concision des dialogues n'empêche nullement une caractérisation précise des différents protagonistes, et l'intensité des regards compense largement l'absence d'expansivité. Dans le genre ascétique mais poignant, une belle réussite.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.