" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Entre les jambes  ",

( Entre las piernas ),         1999,

de : Manuel Gomez  Pereira,

avec : Victoria Abril, Javier Bardem, Juan Diego, Sergi Lopez, Carmelo Gomez, Victor Rueda,

Musique : Bernardo Bonezzi

*******


    

    Miranda (Victoria Abril) vit avec son mari, Felix (Carmelo Gomez), policier, et leur fille. Elle rencontre un jour, dans une sexothérapie de groupe, Javier (Javier Bardem). Entre eux commence une relation trouble et complexe...

    Et complexe, le film l'est aussi. Le spectateur peut même se demander parfois si les quatre scénaristes se sont bien concertés avant de finaliser leur travail, tant le va et vient des personnages et de leurs tribulations érotiques semble nébuleux. Il y a là un mélange de réalisme et de fantasmes qui s'entremêlent de manière chaotique et l'ensemble prend assez vite la forme d'un foutoir qui donne envie à plusieurs reprises de jeter l'éponge. Visuellement, ce n'est guère plus engageant. Après un générique à la Hitchcock particulièrement long et laid ( tout le monde n'est pas forcément fan de Saul Bass ), la photographie du film est à l'image des personnages : perturbée et nébuleuse. Certains personnages secondaires semblent plaqués sur l'histoire principale. Certes Victoria Abril se montre intense dans sa pathologie, mais à vrai dire on se contrefiche pas mal de ce qui arrive à toutes ces personnalités enfoncées dans un magma psychologique aussi abstrait que fastidieux très vite passé aux oubliettes.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier 

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.