Fines gâchettes, poème inspiré du film Les Barbouzes

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


Liste des CinéRimes en photos

FINES  GACHETTES

Poème  inspiré  du  film : " Les Barbouzes " de  Georges Lautner

Avertissement : il peut être préférable d'avoir vu le film avant de lire le poème...

barbouzes_photos1



S
oyez conscient, très cher ami,

Vous qu'on surnomme "Bazooka",

"Requiem" ou "Petit Marquis",

De l'importance du combat.

La Mère Patrie vous regarde !

Rapatriez cet abruti,

Clamsé de façon fort paillarde,

Dans son grand castel bavarois,

Auprès d'une épouse éplorée…



barbouzes_photos7





Profitant de son désarroi,

Grâce à votre élégance innée,

Vous la convaincrez lestement,

De nous confier, gratuitement,

Les divers brevets explosifs,

Que son conjoint, vil trafiquant, 

Avait, avec un soin hâtif,

Accumulés obstinément.

Vous serez seul sur le terrain,

Manifestant, comme toujours,

Le sérieux d'un républicain,

Et votre doigté de velours.




barbouzes_photos3








Environné d’un parc où chantent les mésanges,

Havre de paix profonde et de félicité,

Le palais du défunt voit soudain s’inviter,

De discrets visiteurs aux doux visages d’anges :



barbouzes_photos5








Un prêtre débonnaire, Italien de naissance,

Serein comme doit l’être un serviteur de Dieu,

Apôtre convaincu de cette non-violence,

Qui baigne les cœurs purs des esprits dévotieux.





barbouzes_photos6








Un Boris « presque frère » et pétri de douleur,

Camouflant gauchement ses larmes d’affliction,

Prototype édifiant de l’être supérieur,

Qui répand alentour sa mâle compassion.





barbouzes_photos8








Un disciple de Freud, comme lui fort modeste,

Teuton par la naissance et sensible par l’âme,

Sans relâche quêtant, dans l’harmonie céleste,

Le pourquoi du tourment et des pulsions infâmes.





barbouzes_photos2








Enfin, pour couronner cette noble assemblée,

L’esprit contemplateur qui les assujettit :

Ce modèle édifiant de spiritualité,

Dont l’éclat n’a d’égal que la vraie modestie.





barbouzes_photos4








Ceinte d’un voile noir qui cèle sa détresse,

Ne laissant émerger que ses longs cheveux blonds,

La veuve inconsolable aspire à la vieillesse,

Qui seule apaisera le funeste poison !





barbouzes_photos9








Mais au cœur de la nuit sereine,

Naît une étrange succession,

D’imprévisibles phénomènes,

Et de sombres machinations…





barbouzes_photos11








Sous de blancs draps se dissimule,

Un petit scorpion venimeux.

Dans l’eau de la douche circule,

Un puissant acide nitreux.




barbouzes_photos10








Comment d’autre part expliquer,

Qu’une chasse d’eau très normale,

Ait le pouvoir de provoquer,

Un tel effondrement mural ?




barbouzes_photos13








Ce sont là mystères cosmiques,

Dont la manifestation cruelle,

De toute évidence révèle

Des perturbations climatiques.





barbouzes_photos12








Mais Dieu veille sur ses brebis…

Dans le petit matin blafard,

Se retrouvent sains et ravis,

Les quatre compagnons hagards,




barbouzes_photos14








Réunis dans l’adversité,

Comme un seul homme se battant,

Contre un lot de Bridés pur sang,

Belliqueux et surexcités.




barbouzes_photos15








Enfin sur la contrée, le calme se répand.

Chacun voit avec joie que l’amour a fleuri,

Unissant le Gaulois, tendre et compatissant,

A la frêle beauté, millionnaire meurtrie…






23/03/2004           
       

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.