The Following, Saison 1, série de Marcos Siega...

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" The  Following ",    Saison 1,      2013,

de : Marcos  Siega..., 

avec : Kevin Bacon, James Purefoy, Natalie Zea, Shawn Ashmore, Steve Monroe, Maggie Grace, Annie Parisse,

Musique : John Frizzell

*******

following_saison1


Saison 2           

    Joe Carroll (James Purefoy), condamné à mort pour l'assassinat de plusieurs jeunes femmes, s'évade du pénitencier de Virginie après avoir tué cinq gardiens. L'agent du FBI qui l'avait arrêté, Ryan Hardy (Kevin Bacon), est immédiatement contacté. La dernière victime du tueur, Sarah Fuller (Maggie Grace), qui avait miraculeusement survécu, est immédiatement placée sous protection policière. Mais Hardy se rend très vite compte que, durant sa détention, Carroll s'est constitué une troupe d'émules qui est prête à le suivre dans la voie sanglante qu'il a tracée...

    A l'évidence, il n'y a certainement pas beaucoup de "pilotes" qui ouvrent une série avec une telle frénésie, une telle urgence, et un tel amoncellement de coups de théâtre, qui, bien souvent, occupent, pour le moins, une demi-douzaine d'épisodes. Même "24 heures" paraît, en comparaison, souffrir parfois d'une narration asthmatique. C'est dire ! Si la suite des événements connaît une (très) légère accalmie, il n'en demeure pas moins que le spectateur est littéralement scotché par la densité et la puissance des rebondissements. Au point que, malgré l'hypnose fascinée dans laquelle est plongé le mental, celui-ci finit, à la faveur d'une menue plage de répit, par s'éveiller et faire observer que tout cet échafaudage dramatico-horrifique en fait peut-être un peu beaucoup. Il est sans doute vrai que les scénaristes ont un passablement chargé la mule. Mais ils le font avec une telle virtuosité, un tel culot, que la pilule, aussi amère et pesante soit-elle, passe sans difficulté, d'autant plus que les acteurs, Kevin Bacon et James Purefoy (subjuguant de puissance mielleuse et manipulatrice) en tête, sont au diapason de la noirceur de l'oeuvre.

    Celle -ci est en outre une étude glaçante, diaboliquement développée, de l'envoûtement psychologique dont peuvent être victimes des êtres à l'identité flottante, malléable, lorsqu'ils se retrouvent en présence d'un personnage doté d'un ego pathologique surdimensionné, et expert dans la manipulation perverse. L'une des qualités manifestes de la série est d'ailleurs d'explorer, par de fréquents flash-back, les failles psychologiques de nombreux personnages, ce qui enrichit le récit, et lui évite l'écueil de devenir une lutte manichéenne entre deux héros surfant sur un fond de marionnettes secondaires délaissées ou désincarnées.

    Si cette première saison peut ponctuellement déranger par son côté surenchère ou mimétisme mal digéré (plus les événements avancent, plus le spectateur a l'impression que c'est Jack Bauer qui va débouler au plan suivant !), elle n'en possède pas moins une puissance dramatique et traumatisante rare. Saluons aussi les efforts des créateurs qui ont travaillé pour donner une cohérence à cet ensemble morbide, en convoquant les mânes d'Edgar Allan Poe, et les références au "romantisme gothique".

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.