" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Girl ",     2018,

de : Lukas  Dhont, 

avec : Victor Polster, Arieh Worthalter, Olivier Bodart, Katelijne Damen, Magali Elali, Chris Thys,

Musique : Valentin Hadjadj

*******


    

    Lara (Victor Polster), 16 ans, a deux passions dans sa vie. L'une est d'intégrer une école de danse classique très réputée. La seconde est de devenir une femme, car elle est née dans le corps d'un garçon...

    Et, tout naturellement, le film se développe selon deux axes majeurs. Le travail physique acharné pour plier son corps aux diktats torturants de la danse classique, et le 'travail' intérieur acharné pour métamorphoser son corps en celui d'une jeune fille. Dans les deux cas, la souffrance est de mise. Le temps est vu comme un adversaire difficile à surmonter. Les hormones ne produisent pas un effet visible assez rapidement. Les pieds ne se plient pas aussi aisément que Lara le voudrait pour que les tourbillons sur la piste génèrent la grâce attendue.

    Mais le premier miracle de cette oeuvre réside dans l'illumination presque solaire qui baigne ce parcours que l'on aurait pu redouter, sinon misérabiliste, du moins larmoyant ou racoleur. La sensibilité à fleur de peau, la délicatesse, la lucidité aimante, règnent sans partage sur cette quête d'identité à la fois sexuelle et vivantielle. Un modèle d'expressivité intense dans la sobriété. Une modération telle que les sentiments et les émotions semblent parfois écrêtées.

    Les séquences d'apprentissage de la danse, qui participent grandement à l'évolution extérieure et intérieure de Lara, finissent par être un peu répétitives voire longuettes, surtout pour qui n'est pas passionné par cet art superbe mais tellement codifié qu'il en devient d'une rigidité parfois rebutante.

   Le second miracle tient évidemment à l'incarnation que donne le jeune Victor Polster de cette jeune fille à la fois fragile et déterminée, souffrante et lumineuse. Une de ces personnifications magiques que la mémoire conserve précieusement.

   Le seul regret que l'on puisse exprimer, mais ce n'était manifestement pas le propos du scénariste-réalisateur, c'est le fait que l'oeuvre se concentre uniquement sur l'observation d'un vécu tourmenté. Jamis le spectateur n'aura le moindre élément sur le pourquoi de cette quête. Quel est cet élément de l'être intérieur qui est intégralement convaincu que la nature a commis une erreur ? Surtout si l'on partage la théorie que, bien avant la naissance, l'âme du futur nouveau né est en communion intime avec le foetus.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier   

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.