Gladiator, film de Ridley Scott

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Gladiator ",    2000,

 de : Ridley  Scott,

avec :  Russell Crowe, Joaquin Phoenix, Connie Nielsen, Richard Harris, Derek Jacobi, Oliver Reed,

Musique : Hans  Zimmer, Lisa Gerrard

*******

  

    Maximus (Russell Crowe) est général de l'armée romaine du Nord. Il livre un combat contre des Germains et remporte une brillante victoire. L'empereur Marc-Aurèle (Richard Harris), sentant la mort proche, annonce à Maximus qu'il souhaite le voir prendre le pouvoir, à la place de son fils, Commode (Joaquin Phoenix). Ce dernier, ulcéré, étouffe son père et fait condamne Maximus, qui a refusé de lui faire allégeance, à mort. Ce dernier échappe à ses bourreaux, mais arrive chez lui trop tard. Sa femme et son fils ont déjà été  assassinés. Grièvement blessé, il est emmené dans une colonie africaine et est acheté comme gladiateur par Proximo (Oliver Reed). Il se fait rapidement connaître comme un combattant exceptionnel, sous le pseudonyme de "L'Espagnol". Commode, devenu empereur, organise cinq mois de jeux dans le cirque de Rome et Proximo regagne la capitale avec ses meilleurs éléments pour y participer.

    Epique, intelligent, poétique, original, profond, sensible, tragique, les adjectifs sont presque insuffisants pour  qualifier cette oeuvre qui renvoie la plupart des péplums de la grande époque (à part quelques chefs-d'oeuvre majeurs comme "Ben-Hur" ou "Cléopâtre") au rang de fantaisies superficielles d'amateurs. 

    Entre une impressionnante bataille d'ouverture qui se clôt sur une sorte de ballet tragique au ralenti soutenu par un thème paisible et mélancolique aux cordes, des scènes de combat au réalisme tel qu'on a quasiment l'impression  de sentir l'odeur de la poussière et du sang et des moments intimistes sans une once de superficialité, le spectateur est immergé sans une minute de répit au coeur de cette tragédie étonnamment moderne.

    "Gladiator" est en fait le penchant antique du dyptique formé avec "La chute du faucon noir". Il possède l'avantage non négligeable de prendre le temps de vivre avec les personnages, de plonger dans le tréfonds de leur inconscient, d'assister à la lente dégradation de l'esprit malade de Commode. Si Maximus est bien sûr le pilier central, magistral, de cette fresque, il serait injuste d'occulter la réussite exceptionnelle que constitue l'incarnation de cet empereur cruel parce que non aimé. Joaquin Phoenix est physiquement et psychologiquement impressionnant dans le rendu de cet être complexe et finalement touchant dans son désespoir et sa quête infructueuse de l'affection, qu'il tentera de débusquer jusque chez sa soeur.

    Même les personnages secondaires, Proximo (Oliver Reed), Marc-Aurèle (Richard Harris), Gracchus (Derek Jacobi), le jeune Lucius (Spencer Treat Clark) et naturellement sa mère, la très belle Lucilla (Connie Nielsen), soeur de Commode, loin d'être des faire-valoir ou des caricatures simplistes, possèdent une vie et une personnalité véritables qui apportent leur pierre à cette oeuvre passionnante, puissante, violente et gorgée d'émotion.

    Quant à Russell Crowe, sa prestation peut être résumée d'un mot : grandiose !

    Seule la dimension spirituelle, très présente dans "Ben-Hur", par exemple, est ici occultée. Mais cela n'empêche bien sûr pas ce film d'accéder sans conteste au rang de chef-d'oeuvre inoubliable !

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.