Les grands esprits, film de Olivier Ayache-Vidal

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Les grands esprits "        2017,

de : Olivier  Ayache-Vidal,

avec : Denis Podalydès, Abdoulaye Diallo, Anne Jacquemin, Léa Drucker, Alexis Moncorgé, François Petit-Perrin, 

Musique : Martin Caraux

*******

 

François Foucault (Denis Podalydès) est professeur de lettres au prestigieux lycée Henri IV. Un soir, dans une conversation, il glisse que l'échec scolaire dans les collèges de banlieue est causée principalement par l'inexpérience des enseignants. Une employée du Ministère le prend au mot et lui propose une année dans établissement 'défavorisé'...

Le sujet aussi bien que le constat qui est établi ne surprennent guère. Il n'y a nul besoin d'être enseignant dans une zone banlieusarde pour constater que ce sont les ados et, malheureusement, la plupart de leurs parents, qui ont pris possession du pouvoir qu'avaient jadis les professeurs. Et encore, la situation dans laquelle se retrouve François Foucault du jour au lendemain, est passablement édulcorée. Toujours est-il que les épreuves auxquelles il va être confronté ne sortent jamais d'un parcours jalonné auquel chacun peut s'attendre. Insolence, rébellions, agressions verbales, rien de bien nouveau sous le soleil de l'Education nationale. Et, comme il se doit, le brillant agrégé va devoir réviser son mode de pédagogie pour tenter de percer la carapace des ados qu'il affronte. Si l'on excepte le jeune et attachant Seydou (Abdoulaye Diallo), magistralement interprété, la grande majorité des élèves ne sont là que comme les marionnettes d'un décor artificiel adapté à la leçon donnée par le maître. L'ensemble pourrait être agaçant de simplisme et de convention, si Denis Podalydès n'insufflait à son personnage un humanisme discret et une émotion à fleur de peau qui sauvent de la naïveté totale un message très conventionnel. Cela dit, ce ne sont pas les constats judicieux et les soixante minutes de sa tentative méritoire qui sauveront l'éducation nationale d'un enterrement de première classe prévisible.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier                  

                   

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.