Heroes, Saison 3, série de Greg Beeman

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Heroes ",  Saison 3,      2008,

de : Greg  Beeman..., 

avec : Hayden Panettiere, Jack Coleman, Sendhil Ramamurthy, Santiago Cabrera, Masi Oka, Milo Ventimiglia, Stephen Tobolowsky, Greg Grunberg, Ali Larter, 

Musique : Lisa Coleman, Wendy Melvoin

*******

heroes3


Saison 1      Saison 2      
Saison 4

    Quatre ans plus tard. Claire Bennet (Hayden Panettiere) veut tuer Peter Petrelli (Milo Ventimiglia). La raison réside dans les événements qui se sont déroulés auparavant. Retour à l'époque actuelle. Peter tire sur son frère Nathan (Adrian Pasdar), qui souhaitait révéler au monde la vérité sur les "Héros". Mais Nathan survit. Pendant ce temps, Maya Herrera (Dania Ramirez) pousse Mohinder Suresh (Sendhil Ramamurthy) à trouver le moyen médical de mettre fin à son pouvoir destructeur. Au même moment, Hiro Nakamura (Masi Oka), devenu PDG à la suite de la mort de son père, découvre que celui-ci conservait dans un coffre-fort une moitié de formule qui pourrait amener la fin du monde. Mais aussitôt récupéré, le précieux document est dérobé par Daphné Millbrook (Brea Grant), une voleuse supersonique. Nathan, remis de son agression, est contacté par Tracy Strauss, adjointe du Gouverneur Robert Malden (Bruce Boxleitner), pour qu'il accepte un poste de Sénateur. Or Tracy est le sosie de Niki Sanders (Ali Larter)...

    Il vaut mieux arrêter ici l'énumération des trouvailles aussi improbables que fumeuses amoncelées par les créateurs durant les trente premières minutes, car les péripéties ci-dessus représente une infime partie de ce qui nous est asséné. Et ce n'est qu'un commencement de début ! Il est d'ailleurs hautement souhaitable de ne pas chercher à suivre le fil de cet imbroglio majuscule, sous peine de migraines carabinées ! La seconde saison avait déjà éprouvé une certaine difficulté à "tenir" la profusion de personnages et d'événements dans des limites efficacement raisonnables. Ici, c'est d'emblée le foutoir complet. Au point que l'agitation effrénée et hyper-concentrée dans le temps des participants vire parfois à l'incompréhensible et souvent au ridicule, surtout dans les dix premiers épisodes. Autre conséquence de cette overdose,  beaucoup de séquences perdent grandement leur efficacité en raison d'un montage speedé qui ne laisse jamais aux protagonistes le temps de vivre l'intensité de leurs actions. Quant à la multiplication de celles-ci, elle  provoque un déséquilibre marqué dans les interventions des divers surhommes. On perd de vue un ou deux d'entre eux, puis ils font leur réapparition soudaine au gré  de l'inspiration fluctuante des scénaristes. Et conséquence encore plus ennuyeuse, l'indifférence envers ces marionnettes censées sauver le monde ou le détruire, puisqu'on ne sait plus très bien qui veut quoi, grandit en même temps que s'intensifient les délires des créateurs. Ce qui provoque plus d'une fois, l'envie de jeter l'éponge en cours de route, et de laisser les prétendus héros s'étripailler ad eternam ! Quant au dénouement, à la fois foutraque et laborieux, il clôt une seconde partie, certes moins brouillonne que la première, mais qui manifeste, à l'évidence, un essoufflement chronique !

    Une bien triste évolution pour cette série qui s'annonçait originellement excitante et sympathique. C'est d'autant plus dommage que sont développées, tout comme dans les "4400", les différentes optiques sous lesquelles sont regardés ces êtres hors normes, études qui présentent toujours un intérêt majeur dans la compréhension du fonctionnement de l'humain....

    En fin de compte, une ratatouille qui se rêve hyper-pimentée, mais se révèle pitoyablement grotesque et indigeste.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.