La isla minima, film de Alberto Rodriguez

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" La isla minima ",       2014,

de : Alberto  Rodriguez, 

avec : Javier Gutiérrez, Raul Arévalo, Maria Varod, Jesus Castro, Jesus Ortiz, Ana Tomeno,

Musique : Julio de la Rosa

*******

isla_minima

    

    1980. Dans un village perdu d'Andalousie, deux jeunes filles sont retrouvées torturées et assassinées. Deux flics sont envoyés pour éclaircir le mystère. Très différents de tempérament, ils rencontrent pas mal de difficultés car la loi du silence règne...

   Un film couronné par 10 "Goya", l'équivalent de nos "César". Il y a de quoi intriguer et allécher. Pourtant, cette histoire qui fait évidemment penser à "True detective", pour son climat glauque et ses personnages antagonistes plus ou moins traumatisés, avoue très vite ses limites. Certes l'atmosphère, tant visuelle que psychologique, est rendue de manière convaincante, voire prenante. Le spectateur n'est pas habitué à cette Andalousie noyée sous la pluie, à ses canaux inquiétants, qui ne sont pas sans évoquer une Louisiane méditerranéenne. Nous sommes également dans la période post franquiste, avec tout ce que cela évoque de souffrances, de rancoeurs, de vilénies cachées. Pourtant il est bien difficile de se passionner pour cette enquête languissante, sans enjeux captivants, avec une galerie de personnages ternes et distants. Rien dans le récit, que ce soit les événements, les mystères, les tempéraments des deux protagonistes, n'attire réellement l'empathie ou une adhésion captivée. Lorsque le commentateur de Telerama parle de "scènes d'action spectaculaires", on se demande avec stupéfaction de quoi il parle, et si nous avons bien visionné le même film ! Le réalisateur est parvenu à instaurer un style visuel personnel (vues aériennes sur les immensités andalouses, décors lugubres...), mais il manque cruellement dans son oeuvre une densité narrative et une réelle consistance des personnages, qui auraient été susceptibles de générer l'enthousiasme.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.