" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" The Jane Doe identity ",   

( The autopsy of Jane Doe ),        2016,

de : André  Ovredal,

avec : Brian Cox, Emile Hirsch, Ophelia Lovibond, Jane Perry, Olwen Catherine Kelly, Parker Sawyers,

Musique : Danny Bensi, Saunder Jurriaans

*******


  

    Trois personnes ont été tuées dans une petite ville des Etats Unis. Le shérif Burke (Michael McElhatton) découvre dans le sous-sol de la maison une autre victime. Il s'agit d'une jeune femme à moitié enterrée, qui semble ne présenter aucune blessure. Le corps est amené dans le service de Tommy Tilden (Brian Cox), qui effectue des autopsies en compagnie de son fils, Austin (Emile Hirsch)...

    Ce film se range dans la catégorie des créations minimalistes, tant pour ce qui touche les décors (99% de l'histoire se déroule dans le sous-sol du crématorium) que pour ce qui est des intervenants, réduits au strict minimum. Unité de lieu, d'action et aussi de temps, puisque le spectateur suit en temps quasi réel l'autopsie de la victime. Progressivement, ce qui n'est au départ qu'une simple étude pathologique du cadavre, prend une tournure plus inquiétante, avec son lot de lumières qui clignotent, de bruits incongrus, d'agressions mystérieuses. Le récit use d'un minimum d'ingrédients pour créer une atmosphère de plus en plus glauque, et réussit surtout à instaurer une intéressante relation entre le père et le fils. Cela dit, le genre n'est pas révolutionné, loin de là. Mais les créateurs ont eu le bon goût de ne pas insister outre mesure sur les aspects surnaturels de l'histoire, laissant au spectateur le soin d'imaginer les ressorts fantasmagoriques induits par les événements.

    Dans le genre, une petite réussite dramatiquement bien gérée, qui ne cherche jamais à se faire plus boursouflée qu'elle ne l'est réellement.

Film sur IMDB

   Bernard  Sellier      

      

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.