Jason Bourne, film de Paul Greengrass

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Jason  Bourne ",         2016,

de : Paul  Greengrass, 

avec : Matt Damon, Alicia Vikander, Julia Stiles, Vincent Cassel, Tommy Lee Jones, Riz Ahmed, Bill Camp, 

Musique : John  Powell, David Buckley

*******

jason_bourne

    

    Jason Bourne (Matt Damon) est toujours en quête de ce qui lui a été infligé dans le programme Treadstone. Une jeune femme, Nicky Parsons (Julia Stiles) est parvenue à entrer dans le serveur de la CIA. Elle prend contact avec lui, mais est tuée par un agent, Asset (Vincent Cassel)...

    L'intrigue n'apporte rien de très neuf par rapport aux précédentes versions de l'histoire mouvementée de Jason Bourne. Et ici, fidèle à l'hyper agitation qui était déjà la marque de fabrique de "La mort dans la peau" en 2004, Paul Greengrass, à la fois réalisateur et co-scénariste, dégaine une nouvelle aventure à la frénésie surmultipliée, qui  entraîne le spectateur dans un tourbillon volcanique entre Berlin, Rome, ou encore Las Vegas. La thématique source - le droit  à la liberté individuelle vs. la sécurité nationale,  passionnant en soi, n'est qu'un prétexte à la multiplication de scènes cataclysmiques, seules véritables raisons d'être de l'oeuvre. Il faut avouer que celle-ci ne manque pas de panache. Paul Greengrass n'a pas son pareil pour nous faire plonger au milieu d'une manifestation plus que réaliste au coeur d'Athènes, ou encore nous emporter dans une course poursuite démente au sein de la capitale du jeu. C'est du speedé plus que speedé, avec un travail de montage phénoménal. Mais ce n'est hélas quasiment que cela. Par bonheur, la délicieuse et très ambiguë Heather Lee apporte un peu d'humanité dans cet amoncellement de tôles broyées et de lignes droites scénaristiques sans âme ni renouvellement.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.