" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Johnny guitar ",       1954,

de : Nicholas  Ray, 

avec : Joan Crawford, Sterling Hayden, Scott Brady, Ward Bond, John Carradine, Mercedes McCambridge, Ernest Borgnine, 

Musique : Victor Young

*******


   

      Johnny, (Sterling Hayden), arrive dans un saloon presque désert, armé de sa seule guitare. La propriétaire, Vienna (Joan Crawford) se voit menacée par un propriétaire tout puissant, John McIvers (Ward Bond), car elle refuse de lui abandonner son bar. Elle sait que le chemin de fer passera bientôt tout près, donnant à sa propriété une plus value énorme...

    La première demi-heure de ce grand classique ne manque pas d'originalité. Ce n'est pas fréquent de voir un 'héros' à l'apparence aussi falote et face à lui, une jeune femme qui possède une énergie yang particulièrement développée. Mais le spectateur n'est pas au bout de ses surprises, car, en fait, ce sont deux femmes qui mènent l'intrigue, et deux tempéraments aussi extrêmes et entiers l'un que l'autre. En effet, la personnalité d'Emma Small (Mercedes McCambridge), véritable incarnation de la jalousie haineuse, arborant souvent un visage halluciné, marque profondément la mémoire. Les hommes ne sont, dans leur immense majorité que des suiveurs. Soit par amour (c'est le cas de Dancing Kid), soit par fascination morbide. L'intrigue en elle-même est en revanche traditionnelle, opposant les pionniers déchirés par l'appât du gain. Malgré ses soixante quatre ans, le film conserve une aura magnétique inaltérée. Il est difficile d'oublier la rencontre de ces êtres meurtris par la vie, pas plus que la splendeur de Vienna vêtue d'une robe blanche jouant du piano dans son saloon vide, ou encore le charisme mélancolique de Sterling Hayden.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.