The Killing, Saison 2, série de Agnieszka Holland...

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Photos d'animaux

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" The  Killing ",    Saison 2,      2012,

de : Brad  Anderson, Agnieszka  Holland..., 

avec : Mireille Enos, Joel Kinnaman, Jamie Anne Allman, Brent Sexton, Billy Campbell, Michelle Forbes, Tom Butler,

Musique : Frans Bak

*******

killing-us2

    Le conseiller Darren Richmond (Billy Campbell), trahi par la photo d'un péage, est accusé par la police du meurtre de Rosie Larsen. Peu de temps après, il est grièvement blessé par un ami du père de Rosie, et se retrouve paralysé. Pendant ce temps, l'Inspecteur Sarah Linden (Mireille Enos), s'aperçoit très rapidement que la photo était truquée. Elle repart donc en chasse...

    On retrouve d'emblée l'atmosphère très particulière, profondément noire (au propre comme au figuré), qui faisait le charme de la première saison. L'attention prêtée par la narration aux différents personnages conserve toute sa dimension psychologique. Pourtant, se manifeste assez rapidement une certaine langueur dans cette enquête qui piétine parfois de manière insistante. A chaque fois, le scénario rattrape in extremis l'attention du spectateur, ce qui n'est pas une mince besogne, tant la noirceur intégrale qui couvre l'écran en quasi permanence finit par épuiser aussi bien le regard que l'intérêt. A croire que le caméraman a installé en permanence un filtre noir devant son objectif, et que la ville de Seattle ignore à tout jamais ce qu'est le soleil ! Une conclusion (?) en demi teinte qui peine à conserver jusqu'au bout ses qualités dramatiques, même si les personnalités conservent un pouvoir d'empathie inaltéré.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.