Ladyhawke, film de Richard Donner

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Ladyhawke ",       1985,

de : Richard  Donner, 

avec : Rutger Hauer, Michelle Pfeiffer, Matthew Broderick, Leo McKern, John Wood, 

Musique : Andrew  Powell

*******

  Lire le Poème correspondant  ?

*******

   La ville d'Aquila est sous la coupe réglée de son Evêque (John Wood) un despote cruel et jaloux. Les prisons sont pleines et les exécutions monnaie courante. Philippe Gaston, dit "la souris" (Matthew Broderick) parvient à s'échapper grâce à son agilité et à sa petite taille. Dans sa fuite, il fait la connaissance d'un étrange personnage (Rutger Hauer), en permanence accompagné d'un faucon. D'assez mauvaise grâce, Philippe se voit contraint de suivre ce mystérieux cavalier dont il apprend bientôt l'histoire. Navarre était naguère capitaine des gardes, au service de l'Evêque. Celui-ci était amoureux fou de la belle Isabeau (Michelle Pfeiffer) qui n'avait d'yeux que pour le capitaine. Fou de douleur et de jalousie, l'Evêque avait alors conclu un pacte satanique afin que les deux amants soient éternellement séparés...

    Les multiples visions de ce film n'ont jamais entamé le charme enivrant qu'il dégage. L'histoire est un conte, certes, mais le merveilleux nous touche au plus profond du coeur parce que chaque scène, chaque image est un vecteur de poésie. La sombre grandeur de Navarre, la radieuse beauté d'Isabeau (jamais, je crois Michelle Pfeiffer n'a été aussi resplendissante !), la qualité de la photographie, tout concourt à élever l'âme et à réjouir le coeur. Certaines scènes sont inoubliables. Soit par leur impact charnel (le fracas des sabots du cheval de Navarre qui entre dans l'église), soit, le plus souvent par l'onirisme ou le charme symbolique des images (la sublime scène où Philippe voit Isabeau tomber du donjon).

    Il est tout à fait possible de lire le scénario à différents niveaux. On peut y voir une simple mais radieuse histoire d'amour ; on peut y goûter une aventure médiévale ; on peut aussi y trouver une signification plus symbolique, en analysant les rapports du Yin et du Yang qui ont souvent tant de difficultés à s'unir et à vire en harmonie... Qu'importe, le charme opère et l'on ne peut ressortir de cette vision que transporté par la beauté et la passion !

Film sur IMDB

 Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.