La maison des ténèbres, (Don't breathe), film de Fede Alvarez

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" La Maison des ténèbres ",

( Don't breathe ),         2016,

de : Fede  Alvarez,

avec : Stephen Lang, Jane Levy, Dylan Minnette, Daniel Zovatto, Emma Bercovici,

Musique : Roque Banos

*******


 Ne pas lire avant d'avoir vu le film

    La jeune Rocky (Jane Levy) rêve d'aller en Californie avec sa jeune soeur. Pour cela, en compagnie de son petit copain Money (Daniel Zavatto) et de son ami Alex (Dylan Minnette), elle fait quelques cambriolages qui ne rapportent guère. Un jour, grâce au fait que le père d'Alex travaille dans une agence de sécurité, elle apprend qu'un vieil homme solitaire doit cacher dans sa maison isolée une petite fortune. Le trio décide de passer à l'action...

    On pense immédiatement, bien sûr, au grand classique de 1967, "Seule dans la nuit", avec Audrey Hepburn, ou, plus récemment, à "Blink" de Michael Apted. Sauf qu'ici, la 'malheureuse victime', effectivement devenue aveugle à la suite de la guerre d'Irak, révèle une personnalité particulièrement sombre et mortifère. La quasi totalité du récit se déroule donc dans un lieu unique, à savoir la bâtisse, qui est utilisée de manière optimale, dans ses coins, recoins et sous-sols, comme on peut l'attendre dans ce genre de film. Le réalisateur n'use pas de spectaculaire, ni, ce qui est louable, des grosses ficelles qui sont à craindre dans ce type très formaté. L'efficacité n'en est pas moins présente, les silences se révélant souvent aussi flippants que les éclats dramatiques. Rien de particulièrement original, pas plus dans le déroulé des événements ( hormis, peut-être, la surprise que constitue, au bout de quelques minutes, l'élimination de l'un des membres du trio ), que dans les traditionnelles 'résurrections' de celui qu'on croyait définitivement out, mais une oeuvre orchestrée avec une sobriété percutante et une simplicité finalement payante.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.