Les mystères de Lisbonne, film de Raoul Ruiz

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Les Mystères de Lisbonne " 

( Misterios de Lisboa ),            2010,

de : Raoul  Ruiz,

avec :  Adriano Luz, Maria Joao Bastos, Ricardo Pereira, Rui Morrison, Clotilde Hesme,

Musique : Jorge Arriagada

*******

mysteres_lisbonne

    

    Le jeune Pedro (Joao Arrais) n'a jamais connu ses parents. Il reçoit un jour, dans son école, la visite d'une mystérieuse Comtesse qui l'appelle son fils. Un peu plus tard, le Père Dinis (Adriano Luz) accepte de lui révéler une partie de la vérité sur sa naissance. Sa mère, Angela de Lima (Maria Joao Bastos), est prisonnière du Comte de Santa Barbara (Albano Jeronimo), l'époux que son père, le Marquis de Montezelos (Rui Morrison), lui a imposé. Angela était enceinte de l'homme qu'elle aimait, Pedro da Silva (Joao Baptista), lorsque son père avait arrangé son mariage avec l'homme riche qu'il avait choisi pour elle...

    Si l'on retrouve avec plaisir le système d'histoires à tiroirs qu'affectionnaient particulièrement les auteurs des dix-huitième et dix-neuvième siècles ("Les aventures du Chevalier de Faublas", L'histoire d'une Grecque moderne", "les Mémoires du Diable", "Le Juif errant"...), ce plaisir est plus que tempéré lors de la vision des premiers épisodes. Sont-ce les soixante dix printemps du réalisateur qui en sont la cause, toujours est-il que la mise en scène paraît bien languissante, tandis que certains dialogues et doublages semblent peu naturels, voire maladroits. Cette narration empesée ne permet pas à l'émotion de jaillir comme elle le devrait des multiples drames qui jalonnent la vie des principaux personnages. Et, malheureusement, la suite confirme cette tendance. La reconstitution d'époque est soignée, convaincante. Mais, malgré la présence de personnages qui tissent un lien entre les différentes narrations (le père Dinis, Alberto de Magalhães...), les imbrications entre les divers drames sont bien trop distendues pour que le spectateur éprouve un autre sentiment que la curiosité de savoir où tout cela va mener. Curiosité d'ailleurs elle aussi bien émoussée, car certaines séquences sont étirées au-delà du raisonnable (surtout dans le cinquième épisode, particulièrement poussif !). Les multiples personnages (femmes désirables, amants passionnés, maris jaloux...) finissent, au  bout du compte, par tous se ressembler, et ce ne sont pas les événements, assez répétitifs, ainsi qu'un dénouement terne, qui permettent de faire jaillir les pics d'enthousiasme attendus.

    Vraiment dommage, surtout lorsqu'on garde le souvenir, peut-être enjolivé, des péripéties envoûtantes qui jalonnaient les livres cités ci-dessus... Un tout petit 4 étoiles !

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.