Notre Dame de Paris, film de Jean Delannoy Film sur IMDB

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Notre Dame de Paris ",         1956,

de : Jean  Delannoy, 

avec : Gina Lollobrigida, Anthony Quinn, Jean Danet, Alain Cuny, Valentine Tessier, Jean Tissier, Robert Hirsch, Piéral, Maurice Sarfati,

Musique : Georges Auric

*******


    

    1482. Paris sous le règne de Louis XI. Esmeralda (Gina Lollobrigida) est une belle jeune bohémienne indépendante qui fait tourner la tête de tous les hommes qui l'approchent. C'est le cas de l'archidiacre de Notre Dame de Paris, Claude Frollo (Alain Cuny). Mais aussi celui du beau capitaine Phoebus de Chateaupers (Jean Danet)...

    Les 59 chapitres du foisonnant roman de Victor Hugo se voient ici très simplifiés, même si la trame générale est conservée. Les 'artistes' du genre Pierre Gringoire (Robert Hirsch) et les figures hautes en couleur de la Cour des miracles, avec, en porte parole charismatique, l'évêque des fous Clopin Trouillefou (Philippe Clay), tiennent une place importante. Parfois même envahissante. Mais c'est autour du trio composé de la belle Esmeralda, du bossu difforme Quasimodo (Anthony Quinn) et du sinistre Claude Frollo que se façonne le drame. Et c'est dans un style assez daté, aussi bien dans sa forme visuelle que dans son écriture (avec une musique agressive de Georges Auric), que le réalisateur développe les différents thèmes de cette histoire. A savoir l'obscurantisme et la sauvagerie de l'Inquisition, les ravages de tous les refoulements, et le désir libertaire d'une femme presque moderne, qui évoque à maintes reprises Carmen. On a presque l'impression, en la voyant danser au début du film, qu'elle va entonner 'L'amour est enfant de Bohême'. Si, à l'époque, c'est Gina Lllobrigida, alors en pleine gloire, qui constituait l'attraction première et clinquante du film, il n'en demeure pas moins que l'incarnation donnée par Anthony Quinn de ce malheureux infirme au coeur d'or reste inoubliable.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier 

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.