Par effraction, film de Anthony Minghella

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Par  effraction ",

( Breaking and entering ),        2006,

de : Anthony  Minghella, 

avec : Jude Law, Juliette Binoche, Robin Wright Penn, Martin Freeman, Rafi Gavron, Ed Westwick, Poppy Rogers,Juliet Stevenson, 

Musique : Gabriel  Yared,  Underworld...

*******

par_effraction

   

          Will (Jude Law), jeune architecte, mène dand un quartier  mal famé de Londres une vaste entreprise de réhabilitation et de création urbaine. Si sa vie professionnelle est riche, sa vie familiale est nettement plus difficile. Les relations avec sa compagne Liv (Robin Wright Penn), d'origine suédoise, sont embrumées. Quant à la fillette de Liv, Bea (Poppy Rogers), obsédée par la gymnastique, elle refuse de manger et ne dort quasiment plus. Un soir, les bureaux de Will sont cambriolés par deux jeunes acrobates, dont l'un, Miro (Rafi Gavron), réfugié bosniaque, vit avec sa mère, Amira (Juliette Binoche). Will, qui passe ses soirées aux alentours de l'entrepôt où a eu lieu le vol, découvre Miro et le suit jusque chez lui. Il prend contact avec Amira sous un prétexte futile...

         Décédé il y a un peu plus d'un an, Anthony Minghella n'aura laissé qu'un bien petit nombre d'oeuvres marquantes, à savoir le sympathique "Truly, madly, deeply", le protéiforme "Retour à Cold Mountain", et surtout, le diamant étincelant qu'est "Le Patient anglais". Un peu comme c'était le cas pour  l'histoire de W.P.Inman et d'Ada, mais avec des causes différentes, le drame présent, qui réunit à nouveau des acteurs manifestement appréciés, à juste titre, par le réalisateur, laisse plus que perplexe. Certes Londres n'est pas l'Afrique du Nord, et la froide pluie britannique est peut-être moins propice aux manifestations de passions exacerbées. Mais est-ce là une raison suffisante pour expliquer la froideur générale qui se dégage de l'oeuvre ? Les protagonistes se montrent tous convaincants dans leurs registres respectifs, même Juliette Binoche qui s'intègre sans peine dans la peau de cette réfugiée effacée et traumatisée, avec une mention spéciale pour le jeune Miro de Rafi Gavron. Anthony Minghella, auteur également du scénario, semble avoir voulu, par rapport à ses créations précédentes, affiner les sentiments de ses personnages, adoucir les situations dans lesquelles ils évoluent. Plus de guerres sauvages, plus de combats horribles comme c'était le cas dans "Retour à Cold Mountain". C'est l'après-guerre qui est le décor présent, c'est-à-dire non pas un état de paix, mais un état de déliquescence ordinaire, dans lequel les adolescents déboussolés, exilés par les combats, sont les esclaves de truands aussi minables que cruels. Ce sont en fait tous les personnages du film qui sont perdus, isolés dans leur univers cloche, en quête d'une direction vitale, émotionnelle. C'est dans cette uniformité de malaises larvés, d'errements languides, que réside sans doute la difficulté qu'éprouve le spectateur à éprouver de l'empathie pour ces ombres dessinées avec une subtilité intellectuelle qui bride excessivement l'expression charnelle. Alors que les émotions du "Patient anglais" vivaient des pics d'embrasement qui incendiaient le coeur, celles qui sont développées ici semblent étouffées, muselées. Et ce n'est que dans les ultimes minutes que Will parvient à découvrir la clé qui ouvre la porte de l'authenticité, que quelques blocs de glace commencent une fonte légère. C'est en fin de compte une tiédeur générale qui domine. Déconcertant...

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.