Person of interest, Saison 3, série de Jonathan Nolan

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Person of interest ",      Saison 3,        2013,

de : Jonathan  Nolan..., 

avec : Jim Caviezel, Taraji P. Henson, Michael Emerson, Kevin Chapman, Amy Acker, Sarah Shahi,

Musique : Ramin Djawadi

*******



Saison 1    
       Saison 2            Saison 4           Saison 5

    Au début de cette nouvelle saison, Harold (Michael Emerson) et son homme à tout faire John Reese (Jim Caviezel), se voient complétés sur le terrain par la très efficace Sameen Shaw (Sarah Shahi). Après une interruption pour une cause indéterminée, la Machine recommence à nouveau à livrer ses numéros. Le travail reprend donc rapidement, tandis que le lieutenant Carter (Taraji P. Henson), suite à un coup monté des flics ripoux de la DRH, se voit renvoyée sur la voie publique...

    Une nouvelle personnalité, passablement efficace, et jamais avare de cadavres semés sur son chemin, apparaît dès le premier épisode, sans doute afin de renouveler la vision jusqu'alors exclusive des deux figures principales. La dernière partie de la précédente saison avait affiché une nette complexification des enjeux, du pouvoir de la Machine et du mystère épais qui l'entoure, au point de virer parfois à la nébulosité. La reprise s'effectue ici de manière plus simpliste et traditionnelle, même si l'on devine, en souterrain, l'émergence programmée de divers personnages et thématiques bien identifiés, comme par exemple la redoutable (et charmante !) Root (Amy Acker), provisoirement enfermée dans un hôpital psychiatrique, mais qui se prétend en contact direct avec la Machine, ou encore les hauts responsables de la DRH. Mais au bout de quelques épisodes, l'assombrissement est manifeste, avec pour point culminant un numéro 9, certes toujours imprégné de ces invraisemblances qui sont hélas récurrentes ( voir l'épisode 14 façon "Mission impossible", dont le réalisme est bafoué avec une désinvolture manifeste ), mais tout de même inattendu dans son débouché dramatique.

    Ce que l'on ne peut dénier à cette série, c'est sa capacité à déterrer en permanence de nouvelles sources de mystères, à renouveler avec délectation le cheptel des figures diaboliques, et de générer, malgré ses faiblesses et ses arrangements avec l'authenticité, une addiction qui ne faiblit quasiment jamais. Avec, en prime, un ultime épisode qui ouvre des perspectives abyssales sur les manipulations gouvernementales et les suprêmes dangers du totalitarisme informatique.

Film sur IMDB

Bernard  Sellier  

  

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.