Le projet Blair Witch, film de Daniel Myrick et Eduardo Sánchez

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Le Projet Blair Witch ",  

( The Blair Witch Project ),        1999,

de : Daniel  Myrick  &  Eduardo  Sánchez,

avec :  Heather Donahue, Joshua Leonard, Bob Griffin, Sandra Sánchez, Jim King, Michael C. Williams, Ed Swanson,

Musique : Tony  Cora

*******

  

    1994. 3 Etudiants, Heather Donahue, Joshua "Josh" Leonard, et Michael 'Mike' Williams décident de tourner un petit documentaire sur la prétendue sorcière qui hante les bois situés près de Burkittsville, dans le Maryland. Ils disparaissent et l'on ne retrouve que leur caméra et ce qu'ils ont filmé... Ils interrogent d'abord quelques habitants de la localité puis s'enfoncent dans la forêt. Mais le second jour, ils ne savent plus très bien où ils se trouvent...

    L'imagination des réalisateurs et scénaristes est décidément sans limites ! Si l'on peut dire ! Dans le cas présent, le mot d'ordre pourrait être : comment composer un film de soixante quinze minutes avec... du vent, et faire peur avec... rien. Ou plus exactement, comment tenter de faire peur. Comme le contenu dramatique est égal à zéro, il fallait que le contenant offre un intérêt quelconque. Nous avons donc droit à un prétendu documentaire, pas le genre léché, bien cadré, monté par un pro, comme c'est le cas chaque soir à la télévision. Non, le tournage brut, issu directement des caméras portées pendant la randonnée. C'est-à-dire, du flou, une alternance de noir et blanc, des images hachées, quand ce n'est pas du noir total. Comme cela ne suffisait sans doute pas à la véracité de cette entreprise roublarde à l'extrême, les deux caméras en fonctionnement semblent avoir été tenues par des parkinsoniens ! Mais une justification est toute trouvée : la peur ! Car, si le spectateur n'a droit à aucun aperçu de ce qui est si terrible, les trois enquêteurs, eux, sont sujets à une panique grandissante. Dès lors, ce sont engueulades, désespoirs, accusations, délires qui fusent à toute occasion. Pendant que les malheureux s'agitent désespérément pour tenter d'échapper à... on ne sait pas quoi, le triste citoyen lambda, qui subit cette interminable suite de vides, de soubresauts, d'arbres, de brindilles, de feuilles, s'ennuie ferme ! A moins d'être vraiment très très conciliant, bourré de bonne volonté, pour entrer dans cette pitoyable mystification.

    Et dire que les réalisateurs ont dû se mettre à deux pour pondre ça ! Absolument consternant ! Comme dirait César, on a vraiment l'impression de se faire "couillonner"... 

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.