" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons : extraits

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Merveilleux poèmes

Chez Ricou...

Livresse.com


" Que la bête meure ",           1969,

 de : Claude  Chabrol, 

avec : Michel Duchaussoy, Jean Yanne, Caroline Cellier, Anouk Ferjac, Dominique Zardi, Guy Marly,

Musique : Pierre Jansen

*******


    Charles Thénier (Michel Duchaussoy) écrit des livres pour enfants. Lors d'un séjour en Bretagne en compagnie de son petit garçon, celui-ci est tué par un chauffard. Il n'a plus qu'une obsession, retrouver le coupable et le faire payer. Après bien des recherches infructueuses, il finit par rencontrer celle qui pourrait avoir été la passagère de la voiture, une jeune actrice, Hélène Lanson (Caroline Cellier)...

    Un demi-siècle après sa sortie, le film n'a rien perdu de sa force dramatique. Certes, on trouve déjà ici le goût de Chabrol pour les personnalités apparemment lisses, qui cachent le feu sous la glace. Charles est dévoré par un irrépressible désir de vengeance, et pourtant il parvient à afficher une afficher une équanimité qui ne se fissure qu'exceptionnellement. En face de lui, se dresse dans la seconde partie un Jean Yanne grandiose dans la bêtise et le machisme primaires. C'est à un subtil jeu de dupes que se livrent les deux hommes, le père ayant soigneusement choisi de jouer sur les faux-semblants pour mener à bien sa quête. Le réalisateur commence ici son étude des milieux bourgeois ramassés sur eux-mêmes, de leurs turpitudes, avec ce riche garagiste qui règne comme un tyran de pacotille sur une famille écrasée par ses colères volcaniques et sa violence tant physique que verbale. Mais, comme il le fera par la suite, quelquefois avec un excès de glaciation ( "Merci pour le chocolat", par exemple ), l'opération analytique s'effectue ici de manière feutrée, surtout en ce qui concerne Charles, dont les pulsions de violence semblent écrêtées. Dommage que l'interprète de Philippe (Marc Di Napoli), personnage discret mais capital, se montre aussi peu expressif. Il est d'ailleurs étonnant que cet acteur, né en 1953, ait cessé de tourner en 1977. Il est aujourd'hui artiste peintre...

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.