Rouges gorges, poème inspiré du film Dracula de Francis Ford Coppola

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


Liste des CinéRimes en photos

ROUGES  GORGES

Poème  inspiré  du  film : " Dracula " de  Francis Ford Coppola

Avertissement : il peut être préférable d'avoir vu le film avant de lire le poème...

dracula_photos1




Chaud ruisselet carmin sous le fil du rasoir,

Ravissement suprême...

Tu es la vie qui monte à mon visage blême,

Mon sursis dérisoire.



dracula_photos8








Ma tendre bien-aimée, mon sourire, ma flamme,

Étoile de mes nuits,

Dans l'antre de Pluton, tes jours se sont enfuis,

Et je pleure ton âme.





dracula_photos2








Suis-je mort ou vivant, puissant ou misérable ?

Excrément du Divin ?

Dans les voiles du temps, mon cœur te cherche en vain,

Ermite inconsolable !




dracula_photos7








Au bord du gouffre amer de ma désespérance,

J’appelle en vain la mort.

Son implacable faux superbement ignore,

Ma démente espérance.





dracula_photos3








Mon amante adorée, ma Princesse charnelle,

Connaîtrons-nous un jour,

Nos deux corps irradiant les soleils de l’amour,

La paix universelle ?





dracula_photos9








En prédateur mondain, je subis le calvaire,

Des renégats du Ciel,

Amas de chair putride et temple immatériel,

En perpétuel hiver.





dracula_photos4








Chaque jour est sursis dans l’attente infernale,

De ton incarnation,

Chaque nuit est survie dans la dégustation,

De mon sanguin cordial.





dracula_photos6








Ombre parmi les nuées, j’ai traversé l’azur,

Les siècles et l’espace,

Guettant dans le flot de la vile populace,

Ton humaine parure.





dracula_photos5








Même au plus noir tréfonds de cette odieuse attente,

Quand j’implorais la Mort,

Un diamant scintillait dans mon hideux décor :

Ton âme palpitante !





dracula_photos10








Tes yeux se sont ouverts dans la brumeuse Albion,

Tristes et apeurés,

Quêtant dans l’inconnu les rêves altérés,

De mes apparitions.




dracula_photos11








Ne crains pas, mon Amour, le cri retentissant,

Qui jaillit de ton être.

Il n’est que l’aiguillon de la joie qui pénètre,

En ton cœur renaissant.





dracula_photos12








Viens à moi, cher Amour, cousons notre chimère,

Avec les fils d’antan.

Je t’offre l’amour fou dans l’au-delà du Temps,

La mort de l’éphémère…







23/03/2004           
       

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.