Se souvenir des belles choses, film de Zabou Breitman

" Images et Mots "

ACCUEIL

LITTERATURE

Liste Poèmes

CinéRimes

Scénarios

Spirale d'Amour

2 vies de J.Lacombe

Les Portes de Janus

Nouvelles

Citations

La Goutte & Le Vase

Vie & drogue

Vie & cauchemar

Expérience d'Amour

Grande Invocation

Page J. Salomé

Livres à vendre

Allégorie astrologique

La drogue parle...

Message de l'au-delà

Liste complète

COMMANDER

CINEMA

Liste des Critiques

Commentaires films

Scénarios de films

Poèmes sur films

Musiques de films

Liste complète

NATUROPATHIE

 Composition aliments

 Massages

 Germe de blé

 Le "Virorgène"

 Plantes noms français

 Plantes noms latins

 Fleurs de Bach

 Aromathérapie

 Liste complète

MUSIQUE

Chansons

Musiques de films

Recette du bonheur

CD à vendre

Rap de "Prométhée"

Classique

Liste complète

PEINTURE

Liste complète

DIVERS

Anti-Guide Touristique

Diaporamas

Calendrier C. Sagan

Réflexion sur le monde

OGM : procès

Nanotechnologies

Devenir Zombie ?

Biodanse

Micro-puce humaine

Liste complète

Nous écrire

LIENS

Vos commentaires

Plan du site

Partenaire de :

Chez Ricou...

Merveilleux poèmes

Homme Sweet Home

Livresse.com


" Se souvenir des belles choses ",          2002,

de : Zabou Breitman, 

avec : Isabelle Carré, Bernard Campan, Bernard le Coq, Zabou Breitman,

Musique : Ferenc Javori

*******

     Lire le Poème correspondant  ?

*******

    Philippe (Bernard Campan) est soigné dans une institution. Il tente de retrouver la mémoire suite au drame qu'il a vécu. Claire Poussin (Isabelle Carré) vient en consultation dans le même centre, car de menus troubles de mémoire la perturbent. Ils se rencontrent et s'aiment...

     Je n'ai jamais été un grand amateur du cinéma français. Il y a dans notre expression artistique, qu'elle soit cinématographique ou musicale, une traduction de l'émotion intérieure qui s'accorde difficilement avec mon ressenti.

      Il y a bien longtemps qu'un tel choc ne s'était pas présenté à mes yeux. Sur un scénario minimal, sur une trame menue, se tisse une merveille de pudeur, de délicatesse, de joies infimes, de sentiments profonds et de douleurs insoutenables. Le jeu d'Isabelle Carré, que je ne connaissais pas et celui de Bernard Campan, que l'on est surpris de découvrir dans un tel rôle, sont bouleversants de tendresse, de vérité et  de désespoir. Le visage de la jeune fille, perdue dans le labyrinthe de la ville parce que son magnétophone s'est désynchronisé d'avec sa marche, est un moment inoubliable. La plus petite peur, la plus douce joie sont amenées avec une simplicité délicate et déchirante. La scène finale, qui allie le désespoir total avec une sobriété magistrale, ouvre un abîme sur l'horreur de l'oubli, sur la descente aux enfers de celui qui ne sait plus vivre parce qu'il a oublié ce qu'il est.

      J'ai trouvé tout à fait remarquable que Zabou Breitman, interviewée dans l'un des derniers numéros des "Années Laser", place au plus haut le film de Sergio Leone : "Il était une fois en Amérique". Il me semble que cette oeuvre est considérée avec une certaine commisération par beaucoup de critiques. Comme si l'on ne pouvait pas attendre de création véritablement majeure de la part d'un faiseur de westerns (spaghettis)!

      Pour ma part, "Il était une fois en Amérique" est l'un des films les plus beaux et les plus poignants que j'ai eu l'occasion de voir. Rarement l'usure du temps, la destruction d'une vie, la plongée dans la mémoire douloureuse, ont été orchestrés d'aussi magistrale manière !

Film sur IMDB

Bernard  Sellier               

 

 

Avertissement :  Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition.

Le Site Web "Spirale d'Amour" est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.